:: ...A Perpette :: Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
CLOS || Un jeu pas très marrant [Kenneth&Abigail]
avatar
Libre :
Après tout,

Je suis là pour te mettre en danger.

Sinon, ta vie serait ennuyeuse...

Désormais,

Tu ne vis plus...

Tu survis.

Messages : 79
Admin

reglement
Un jeu pas très marrant

Parc - 17h30

Assis dans l'herbe verte du parc de Poudlard, un petit groupe d'ami sont en cercle devant une bouteille vide posée sur un livre - de cours bien entendu -. La bouteille est posée horizontalement, et c'est un jeu bien connu des moldus, un jeu appelé "le jeu de la bouteille".

Parmi ce groupe d'amis, Kenneth, le Poufsouffle faisant partie de l'équipe de Quidditch, avec quelques amis. Ainsi qu'Abigail, la Gryffondor, faisant partie de l'équipe de Quidditch, forcée par d'autres amies. Un conflit ayant éclaté entre le Blaireau et la Lionne, ils se regardent dans le blanc des yeux.

Une des filles tourne la bouteille, qui fait des tours, avant de s'arrêter, le goulot pointé vers le Poufsouffle. Elle refait tourner la bouteille. Elle tourne, tourne, tourne. De nombreux tours, ralentissant au fur et à mesure pour s'arrêter sur... Abigail.
A retenir !

~ Ordre de passage : Abigail, Kenneth
~ Passage du PNJ : Tous les deux posts.
(c)Val pour Merserin
Ven 3 Avr - 21:59
Voir le profil de l'utilisateur http://merserin.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor

Un jeu pas très marrant


Le jeu le plus débile du monde oui !



Un jour, j’arrêterai de suivre mes amies dans leurs plans foireux. Je ferai partie d’un plan foireux uniquement quand ça sera moi qui l’aurai créé. Parce que tous mes plans foireux sont biens et ils sont dangereux… C’est ça qui crée tout ! J’ai une passion pour me foutre dans les emmerdes et un don pour ça aussi. Je suis un aimant à emmerdes et c’est bien. Quoi que les emmerdes d’amitié et d’amour ce n’est pas ma tasse de thé… Quoi que je m’en fous en fait, m’être embrouillée avec Kenneth, ça me fait rien. Rien du tout.

Me voilà donc embarquée dans un plan foireux d’un jeu moldu. Ouais, moldu en plus, ça arrange rien ! Je me fais trainer de force jusqu’au parc par mes quatre amies qui m’ont vite fait expliqué le principe du « jeu ». En gros, y’a des mecs – d’ailleurs je ne sais pas qui il y a -, et des meufs. Y’a une bouteille vite, on la tourne une fois et le goulot pointe une personne, gars ou fille. Puis on refait tourner la bouteille et elle pointe une nouvelle personne, gars ou fille. Et ces deux personnes là s’embrassent. Gamin comme jeu ? Ouais, mais j’ai besoin de ça pour me changer les idées actuellement. Ce n’est pas comme si je broyais du noir et que je pleurais tout le temps, m’enfin, je bosse mon apprentissage animagus pour me changer les idées… D’ailleurs c’est bientôt la fin, d’après ce que les profs m’ont dit. Donc me voilà embarquée dans une histoire qui n’allait pas m’arranger.

Mes amies me forcèrent à avancer jusqu’au parc, et à m’asseoir dans l’herbe. Je suis pas une fille qui saute tout ce qui bouge, je n’ai pas envie d’embrasser des mecs qui ne m’intéressent pas, moi ! Je soupire donc quand mes amies s’installent en rond en me précisant que « les gars arrivent bientôt ». Je m’installe en tailleur dans l’herbe avant d’attacher mes cheveux blonds en une queue de cheval haute. Puis de lancer un regard de chien battu à une de mes amis qui me lance un sourire éclatant. Qu’est-ce qu’il se trame là ?

« Ils arrivent ! » Je relève la tête du bout d’herbe avec lequel je suis en train de jouer depuis quelques minutes et pose mon regard sur le groupe de mecs qui arrive. Ouais. Pas mal. Beau gosse. Sexy. Beau. Oh putain… Kenneth. Je fusille mon amie – à l’origine du complot – avant de secouer la tête de droite à gauche, le regard sombre, de façon à lui faire passer le message « Ahah non, non, ça, ça se fait pas non ». Je me relève de manière à partir mais je suis arrêtée par une amie qui m’attrape le bras et le tire pour que je m’asseye. Putain, c’est la merde là. Je passe mon regard sur les gars en évitant Kenneth puis m’assois.

La bouteille tourne, les gars et les filles s’embrassent. Ce n’est pas encore tombé sur moi, encore heureux. Je regarde les « couples » s’embrasser, puis je détourne le regard pour regarder ailleurs. Je m’emmerde et ça ne m’intéresse pas leurs conneries. Je décale le regard sur la bouteille qui tourne et qui s’arrête devant Kenneth. Il va se taper qui, lui ? Mes potes le dévorent des yeux, va y en avoir une d’heureuse au moins. J’hausse les sourcils puis repars dans ma rêverie. J’en suis sortie lorsque j’entends la bouteille ralentir dans sa rotation. Je la fixe, la fixe, la regarde se ralentir pour s’arrêter sur… moi.

« Putain… »

Un murmure, un frisson de tristesse dans la voix. Je viens de me souvenir que celui visé avant était Kenneth. Ce qui veut dire que je dois l’embrasser. Je regarde mes amies, de petites larmes de rage – ou de tristesse ? – perlant au coin de mes yeux. Elles, elles me lancent de grands sourires. J’essuie mes yeux d’un revers de main, en serrant la mâchoire. « C’est le jeu Abigail ! » Je fusille mon amie du regard, elle va s’en prendre une à la fin du plan foireux, elle. Je me lève donc, imitant les « couples » passés avant moi. Je regarde pour la première fois du « jeu », Kenneth pendant plus d’une seconde. Pourquoi fallait que ça tombe sur moi putain ?...


(c)Val'

Sam 4 Avr - 19:57
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle

Un jeu pas très marrant


Le jeu le plus débile du monde oui !


Un jeu de la bouteille avec des potes ? Ouais, pourquoi pas. Bien que le fait que je ne sache pas qui vient en fille, ça m'inquiète un peu. Enfin, ça sera la surprise, ça peut pas être si désastreux que ça. Je suis pas vraiment enthousiaste pour jouer à quelque chose dans ce genre là, mais bon, j'ai dit que j'y aller, alors je ne vais pas me défiler. Et puis, peut être que ça me changera les idées. Parce que depuis que je me suis engueulé avec Abigail, c'est pas la grande forme pour moi. Devant tout le monde, je fais comme si ça allait, comme si c'était rien, comme si je m'en foutais... Mais c'est pas vrai. La vérité c'est que ça me ronge de l'intérieur et que c'est pire de jours en jours. Mais bon, j'en parle pas, et je me dis que ça ira sûrement mieux demain...

Mes potes m'attendent parce que je suis encore sortit en retard de cours. Pas de ma faute, le prof m'a retenu pour me parler cinq minutes ! Ça lui plaît pas que je fasse voler des avions en papier pendant son court... Mais ça n'empêche que c'est marrant. Nous voilà donc en route pour le parc, et j'ai hâte de découvrir avec qui on va jouer. Avec un peu de chance, il y aura des filles pas mal. Attendez, c'est moi ou y a Abi' dans le lot.. ? Et merde. Je lance un « tu me le paieras » à un des garçons à mes côtés qui est censé être mon ami et qui m'a forcé à venir. Je suis sur et certain que c'est lui qui a monté la supercherie l'enfoiré ! Je serre les dent quand je vois le regard d'Abigail glisser sur moi comme sur une ombre.

Je m’assois en tailleur dans l'herbe, évitant de me mettre face à la Gryffondor. Il est déjà assez dur pour moi de l'avoir si près de moi, et de ne pas pouvoir lui parler comme avant. Comme avant que je fasse le con, comme avant que je foire tout, comme avant que je détruise tout. Ouais je m'en veux, et ouais, je suis incapable de réparer mes erreurs. Je suis nul jusqu'au bout, tant qu'à faire, on fait pas les choses à moitié. Eh bien, moi qui comptait me changer les idées en embrassant une ou deux filles, ça risque pas.

Je suis dans mes pensées, regardant la bouteille qui tourne et tourne, sans jamais relever la tête. Je suis observé par les filles qui me dévorent toutes du regard, tandis qu'Abi m'ignore royalement. Bravo le plan foireux, on aurait difficilement pu faire mieux. La bouteille tourne, tourne, pour s'arrêter finalement sur moi. Superbe, en plus je vais devoir embrasser quelqu'un sous le nez de la rouge et or. Je prie pour que ça ne soit pas elle d'ailleurs. Vous imaginez un peu le bordel après ?

Les prières, ça sert à rien, je l'ai toujours dit ! Et ça se vérifie encore une fois aujourd'hui ! Je jette un regard noir à mes « amis ». C'est une promesse que je leur fais. De me venger de leur sale coup ! Je me lève finalement, je n'ai pas vraiment le choix. Mais s'il ne tenait qu'à moi, jamais je n'embrasserai Abigail de cette manière là. Ça, ce n'est qu'un jeu. Mais ce que je ressens pour elle, ça n'en est pas un. Je vois des larmes perler aux coins de ses yeux, et ça finit de me piétiner mon cœur. Car j'en suis la cause. Des larmes de peines, de colère, j'en sais rien. Mais ça change rien au final, puisque je fais souffrir celle que j'aime. Parce que oui, j'aime Abigail. Je m'en suis rendu compte à la seconde même où je l'ai perdu. On ne se rend jamais compte de ce qu'on a avant de le perdre et c'est bien désolant.

Je m'avance vers Abigail, et je sais pas vraiment quoi faire. Enfin, je veux dire, bien sur que je sais que je dois l'embrasser, mais, je sais pas comment m'y prendre. Ouais, c'est moi qui dit ça, marrez vous... Est ce que je dois l'embrasser comme mon cœur me crie de le faire, c'est à dire passionnément et y mettre tout l'amour que j'ai pour elle, ou bien juste l'embrasser comme ça, pour le jeu ? Putain, je suis paumé... Bon allé, y a pas, faut que je me lance. Je prends ce qui me reste de courage, et pose une main sur le cou d'Abigail en même temps que mes lèvres s'approchent dangereusement des siennes. Il est encore temps de faire demi-tour, de renonce Kenneth, c'est pas encore trop tard... Sauf que maintenant que je sens son souffle chaud sur ma peau, j'en veux plus. J'ai envie de sentir sa peau sur la mienne, d'emprisonner ses lèvres dans les miennes, de mêler ma langue à la sienne, de l'embrasser, encore et encore, jusqu'à ne plus avoir de souffle, jusqu'à ce que mes poumons me crient d'avoir ne serait-ce qu'un peu d'air.

Mes lèvres se posent sur les siennes, et mes paupières se ferment. Oui, je savoure ce moment. Parce que je ne sais pas si j'aurais la chance d'en vivre d'autre. Je sépare mes lèvres des siennes à regret, et plonge mon regard dans le sien. Bon sang, ce qu'elle est belle. Je lui chochotte une phrase, pour qu'elle seule l'entende.

« Ne crois pas que ce n'est qu'un jeu. Pour moi, c'était réél... »

(c)Val'

Dim 5 Avr - 23:07
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor

Un jeu pas très marrant


Le jeu le plus débile du monde oui !



Je crois que je vais tuer une de mes « amies » là, réellement. Un petit Avada Kedavra, cela leur ferait du bien. Et puis c’est une fin bien clémente pour ce qu’elles m’ont fait… Une fin bien gentille. Vous, ça vous plairait, de vous retrouver devant votre meilleur ami et aussi devant celui que vous aimez – car oui, j’aime Kenneth, mais presque personne ne le sait -, alors que vous vous êtes engueulez et que vous devez l’embrasser, sinon vous passez pour un « nul », un « lâche » ? ça vous plairait, à vous ? Non, j’en doute. Alors pourquoi ça me plairait à moi ? Je suis une personne parmi les autres dans le vaste monde. Je suis comme les autres, j’ai des faiblesses, des forces. De la joie, de la tristesse. Des amis, des ennemis. Des amours et des déceptions… Certes, il me fait souffrir, mais je n’aurai pas imaginé à quel point.

Je regarde la bouteille qui tourne, tourne, tourne… A m’en donner un début de migraine. Je stresse en réalité. Mais je ne sais pas pourquoi… Qu’elle tombe sur un gars ? Je m’en fiche, c’est le jeu, il fait ce qu’il veut de ses lèvres hein. Qu’elle tombe sur une de mes amies ? Elles le dévorent des yeux depuis de longues minutes, il va y en avoir une d’heureuse, au moins. Quoi qu’il parait qu’elles embrassent mal, mes amies. Pourquoi je dis ça ? ça se fait pas venant d’une « amie » ? Je les emmerde moi ! C’est qui qui m’a foutu dans cette merde ? Qui a préparé ce plan foireux dans mon dos ? Elles. J’ai rien demandé à personne moi ! Je suis bien dans ma tristesse, ma douleur, mon désespoir… En fait, je ne dirais pas « bien » mais je m’y suis habituée, ça dit faire la différence. Et la dernière hypothèse, ce serait que la bouteille tombe sur moi ? C’est sûrement ça. De la peur, de l’indifférence, de l’envie, de la tristesse, de la rage ? je ne sais pas… Je ne sais plus !

Je me lève, laissant des larmes perler aux coins de mes yeux bleus. J’en peux plus de cette vie-là, avec ces parents-là, ces emmerdes-là… Vous croyez qu’un moldu a une vie avec moins d’emmerdes que moi ? Je ne sais pas… J’espère pour eux, au fond. J’essuie les larmes d’un revers de main avant de contourner mes « amis » enfin plus tôt les « chieurs de première », toujours en fixant d’un regard noir les filles qui me lancent de grands sourires malgré la déception de ne pas avoir été « choisie » par la bouteille dans leurs yeux. Je tourne le regard vers Kenneth, qui me fait désormais face. Qu’est-ce que j’aurai aimé pouvoir fuir… J’ai hâte de connaître ma forme de transformation animagus moi ! Imaginez c’est un animal qui va très vite ? Ou qui vole très vite ? J’ai hâte. Mais là n’est pas la question, actuellement.

Sa main se pose sur mon cou alors que je le regarde dans les yeux. Je lui en veux. Tellement. J’ai la rage, j’en peux plus d’être rongée intérieurement par cette engueulade de merde… Son visage s’approche dangereusement du mien, je sens son souffle sur ma peau, son souffle si doux, si… nostalgique en réalité. Jusqu’à ce que ses lèvres se posent sur les miennes. Ses lèvres si belles, si… Non, reprends-toi Abigail ! C’est pas le moment de faire comme si rien ne s’était passé ! Ma langue n’essaye même pas de franchir ses lèvres, et le baiser ne dure que quelques secondes. C’était déjà trop. J’aurai préféré devoir embrasser l’un de ses amis, mais pas lui. Non, pas maintenant. Plus jamais !

« Ne crois pas que ce n'est qu'un jeu. Pour moi, c'était réél... »

Je le regarde avec un regard noir, mon regard bleu pourtant très sombre plongé dans le sien, un sourire narquois naissant sur mes lèvres. Beau mensonge. Beau fruit d’hallucination mon cher Kenneth, tu fais très fort dans les mensonges. « Mais non Abi’, c’est pas ce que tu crois ! » Non bien sûr, je ne comprends rien, je ne sais rien, je suis conne, vas-y mon grand ! Ce gars est un gamin, un menteur, un enfoiré, un…

« Je ne suis pas Tania, connard. »

Voilà, un connard. Bravo Abigail pour cette répartie de gosse de cinq ans ! C’est la seule phrase qui m’est venu à l’esprit… Même si mon cerveau voulait que je lui foute une baffe. Je l’aurai sûrement fait. S’il n’y avait pas eu ses potes autour… Ou mes potes en fait. J’aurai bien balancé « blaireau » au lieu de « connard », mais le mot est trop faible pour décrire ce qu’il est. Je le lâche des yeux, perdant mon sourire ironique avant de venir m’asseoir aux côtés de ma « meilleure amie », qui me regarde avec un grand sourire sur ses lèvres dévoilant ses dents blanches. Elle est contente, hein ?

Le pote de Kenneth refait tourner la bouteille, qui tourne pour ralentir puis s’arrêter sur ma meilleure amie – enfin, la personne censée être ma meilleure amie, j’ai comme un doute désormais -, qui frissonne à mes côtés. Je sais qu’elle a peur. Elle a peur de savoir sur qui elle va tomber. C’est désormais à mon tour de tourner la bouteille, et je le fais avec force, relâchant la rage qui monte en moi depuis le début de ce « jeu ». Elle tourne, longuement, avant de s’arrêter sur le fruit de ma colère, de ma rage et de ma tristesse, Kenneth. Mon amie sourit, elle est heureuse hein ? Heureuse cette enfoirée ! Je la regarde se lever et s’avancer vers Kenneth, heureuse, aux anges. J’en peux plus…



(c)Val'

Mar 7 Avr - 19:24
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle

Un jeu pas très marrant


Le jeu le plus débile du monde oui !


Oui, pour moi tout cela était bien réel. J'aime Abigail, mais je préfère quand elle ne me fait pas la tête. J'aimerais tant que tout soit comme avant, quand on se parlait normalement sans chercher à s'éviter, ni à se haïr.

« Je ne suis pas Tania, connard. »

Ses paroles me blessent, profondément. Ce qui me dérange le plus entre le fait qu'elle remette Tania sur le tapis ou qu'elle me traite de connard, je ne sais pas. Quoi qu'après tout, j'en suis peut être un de connard. Je ne sais jamais trouver les bons mots au bon moment, je ne sais jamais comment agir et quand le faire, et je suis le dernier des imbéciles sur qui Abigail devait tomber. Mais d'un autre côté, c'est elle qui se fait des films avec Tania ! Ouais, c'est une Poufsouffle et oui je l'aime bien, mais ce n'est pas pour ça que je sors avec. Je ne suis pas ce genre de mec à utiliser sa popularité pour sauter tout ce qui bouge, si vous voyez ce que je veux dire... Alors oui, je suis blessé qu'Abi' pense vraiment que je préfère Tania à elle. Je suis déçu qu'elle ne me fasse pas plus confiance et qu'elle ne me croit pas quand je lui dis qu'il n'y a rien entre elle et moi. Ou bien peut être est ce de la jalousie ? Dans tous les cas, le résultat est le même : elle m'en veut à mort. Et je suis incapable de changer ça. La moindre chose que je dis, le moindre geste que je fais se retourne vers moi.

Je regagne ma place, serrant la mâchoire alors que mes potes sont contents. Ah ouais, marrant hein ? Ils vont me le payer ce coup de Trafalgar, croyez moi ! Personne ne se joue de moi de la sorte. Je garde mon regard sur la bouteille qui tourbillonne, ne voulant absolument pas croiser le regard de la Gryffondor avec qui je suis en froid. Je ne voudrais pas qu'elle voit toute la douleur, la tristesse mais aussi la colère présent dans mes yeux. Et forcément, il faut que la bouteille s'arrête encore sur moi ! D'habitude j'en aurais rigolé, mais là, j'ai vraiment pas envie. Et je suis sur que vous savez pourquoi. Je pousse un soupir las et bruyant, m'en fichant complètement que tout le monde me regarde bizarre. Je fais encore ce que je veux, non ?

Et forcément fallait que ça tombe sur la meilleure amie d'Abigail. J'aurais encore préféré embrasser un mec, ouais... Juste parce que je veux pas qu'elle s'imagine encore qu'elle compte pas pour moi. Quoi que, vu comment c'est partit, je crois qu'elle s'en fiche pas mal de ma tronche. Et ça me tue.

Je me lève sans grand enthousiasme, mais il faut croire que je n'ai pas le choix. Je m'approche de la fille que je dois embrasser, et celle ci est toute souriante. Au moins quelqu'un qui sera heureux... J'aurais presque envie de la planter là et de me casser, pour la laisser seule avec sa bonne humeur. Est ce que dès que vous êtes heureux vous êtes obligés de l'étendre devant tout le monde ? Franchement, je m'en serais passé. Je pose mes lèvres sur celles de la brune en face de moi. Bon sang, celles d'Abigail ont un bien meilleur goût... J'hésite à prolonger le baiser et l'approfondir, juste pour voir la réaction de la fille que j'aime, et puis je me dis que ça serait pas une bonne idée vu son humeur du moment. Si je veux saper toutes mes chances de me faire pardonner, ça serait typiquement le bon moyen d'y arriver.

Notre baiser ne dure donc pas plus de quelques secondes, et je m'éloigne de la fille pour retourner m’asseoir à ma place. J'arrache brin d'herbe sur brin d'herbe, préférant m'énerver sur ce pauvre gazon qui n'a rien fait plutôt que de planter là mes amis et de passer pour l'hystérique de la bande parce que son amoureuse veut pas de lui. Et je regarde de nouveau la bouteille, risquant au passage un coup d’œil rapide sur Abigail, juste pour voir sa réaction. D'ailleurs, la bouteille la désigne une fois de plus. Elle est... La fille que je viens d'embrasser. Heureusement que ce n'est pas tombé sur un de mes « potes », car je crois vraiment que j'aurais pété un câble.

(c)Val'


_________________
you were, you are and you'll always be the only one
Mer 22 Avr - 16:23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor

Un jeu pas très marrant


Le jeu le plus débile du monde oui !