:: ...A Perpette :: Oxford Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître. [ Jack ]
avatar
Libre :
Fière de ma vie ?

Elle vient tout juste de commencer !

Souris à la vie !

Elle te le rendra.

Souris ! C'est comme ça qu'on t'aime.


Métier: Lycéenne
~~~


Un sourire aussi volatile que l'air.

Un sourire aussi faux que leurs rangs.

Leurs morts que je vengerai.

Leur tueur que je tuerai.

Sauf si quelque chose m'en empêche.

Messages : 4
Messagère

 
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître.

 
 
Si j'avais su...

 
Des lettres dans les mains, le sourire aux lèvres, je marche. Je sais parfaitement où je vais, je connais Londres –presque- comme ma poche, encore heureux pour quelqu’un qui distribue des lettres dans tout Londres contre un peu d’argent, argent qui finit souvent entre les mains des plus démunis. Je n’en ai pas réellement besoin, sachant que la sœur de mon père, celle qui m’a recueillie, est riche. Certes, elle ne m’aime pas vraiment, sachant que je suis l’intrus dans sa famille, mais je la remercie de m’avoir prise « sous son aile ». Sinon je serai à la rue, à l’heure qu’il est, et je prierais pour connaître quelqu’un qui agit comme moi à l’heure actuelle. Compliqué, hein ? Ma vie l’est encore plus. Je suis orpheline. Mes parents sont morts lors de l’incendie de ma maison, et moi, bizarrement, j’en suis ressortie vivante mais avec quelques brûlures, dont une sur ma main droite, et aujourd’hui, deux ans après, j’ai encore la cicatrice… Elle restera à vie, j’en suis presque sûre. Dommage… Sachant que c’est une période de ma vie pas joyeuse du tout. Je leur ai fait une promesse, sur leur tombe, celle d’accomplir leur vengeance, si j’y arrive.

Me voilà donc, à marcher dans les ruelles les moins fréquentées de Londres, d’Oxford plus précisément, pour aller apporter une lettre à une personne. J’y vais à pied, malheureusement… J’aimerai bien avoir un cheval, rien que pour moi, pour aller plus vite. Plutôt mourir que payer pour voyager avec d’autres personnes, je préfère être seule et marcher qu’être accompagnée et  aller plus vite. Je suis comme ça, j’ai toujours été comme ça. Mes longs cheveux roux tombant en cascade dans mon dos et mes yeux verts rivés sur le sol, j’apprécie la solitude, malgré le fait que je sois dans une ruelle avec pas mal de personnes. Je salue quelques personnes que je connais avant de commencer à tourner dans une ruelle. Et c’est là que je rentre de plein fouet dans quelqu’un. La tête vers le sol, je regarde mes lettres tomber par terre.

« Excusez-moi… »

Je me stoppe dans ma phrase, tout en me baissant pour ramasser les lettres. J’utilise le vouvoiement directement, oui, j’ai été élevée comme ça par mes défunts parents, et ça ne changera pas. J’attrape mes lettres de ma main brulée avant de me remettre debout et de relever la tête vers la personne qui me faisait face. Je serre mes lettres contre ma poitrine avant de voir que c’est un garçon de mon âge qui me fait face. Un garçon que… Je n’avais encore jamais vu.

« … Je ne t’avais pas vu »

Je passe au tutoiement, on a le même âge, je ne vois pas pourquoi je continuerai à le vouvoyer.

 

 
(c)Val'

 
Mer 25 Mar - 20:24
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
- Vous jouez avec votre vie !


- Et alors ?! Il faut bien jouer avec quelque chose !



Métier : Lycéen
_____
Londres


« On est souvent moins attentif quand on ne croit pas qu'une chose puisse arriver. »


« On ne devrait jamais s'en vouloir de pleurer. Jamais. »


« Wicked is good. »
Messages : 18
Le Phoenix

 
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître.

 
 
Si j'avais su...

 
Me voilà encore a traîner dans des rues peu peuplées de Londres. Oui, je suis souvent seul, à marcher sans but précis. Cela m'aide à réfléchir, vous voyez ? Réfléchir à quoi ? Eh bien, au prochain meurtre que je vais préparer voyons ! Quelle question ! Le défi qu'Amy m'a lancé ne va pas se faire tout seul. Il faut que je reprenne du service, que je vois plus grand que jamais. Le Phoenix doit renaître une fois de plus de ces cendres.

Les mains dans les poches, mon regard se posait sur les maisons, sans vraiment y faire attention. Un grand feu... Qu'est ce qu'il y aurait de mieux qu'un grand feu en pleine nuit pour montrer que je suis toujours de ce monde ? Mais ne serait-ce pas risquer de trop en faire dès le début ? Je crains que si. Il me faut trouver autre chose. Je reportais mon regard à mes pieds, marchant sans regarder devant moi. Et bien sur, il fallait que je rentre dans quelqu'un au coin de la rue. Bon sang, elle est censée être déserte !

« Excusez-moi… »

Mes yeux se posent sur la fille en face de moi. La première chose que je remarque son ses longs cheveux qui cascadent sur ses épaules. Et puis, je me dis que ce visage me dit quelque chose. Oui, j'ai l'impression de connaître cette fille. D’où ? Je ne sais pas. Peut être que je ne l'ai que croisé dans une rue. Je me décide finalement à l'aider à ramasser ses lettres qui sont tombées. J'aide les femmes en détresse, moi, vous voyez ! Du moins... Quand elles ne me servent ni d'appât, ni de victime. Mes yeux se posent sur sa main qui ramasse, et je remarque la cicatrice qui est gravée dessus. Une cicatrice provoqué par le feu, j'en suis certain, c'est mon domaine après tout. Et ce n'est pas une petite cicatrice il faut croire.

« … Je ne t’avais pas vu »

Mais oui ! Après une vérification, je me souviens d'où je la connais ! J'ai brûlé sa maison, je m'en souviens maintenant. Excusez moi de ne pas me souvenir de toutes mes victimes, il y en a tellement... D'ailleurs, parlant victimes, comment se fait-elle qu'elle soit toujours en vie ? Elle n'aurait donc pas brûlée ? Sa famille par contre, a dû y passer... Un survivant sur une maison, c'est déjà pas mal. Un sourire charmeur se glisse sur mon visage, et une lueur d'amusement brille dans mon oeil. Oh oui, cela m'amusait vraiment d'être face à une de mes victimes sans qu'elle ne me reconnaisse.

-Non, c'est moi, j'étais dans mes pensées.

En temps normal, n'importe qui aurait continué sa route. Mais j'aime jouer avec le feu, c'est pourquoi je veux en apprendre plus sur cette fille qui a survécu à mes flammes, au risque qu'elle apprenne que j'ai failli la tuer. Et que j'ai surement tué des personnes qu'elle aimait.

-On se connait, non ? Ton visage me dit quelque chose. Mais je ne sais pas comment j'aurais pu t'oublier, tu es certainement l'une des plus belles femmes qu'il m'ai été donné de voir.

 

 
(c)Val'

 
Ven 27 Mar - 21:23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
Fière de ma vie ?

Elle vient tout juste de commencer !

Souris à la vie !

Elle te le rendra.

Souris ! C'est comme ça qu'on t'aime.


Métier: Lycéenne
~~~


Un sourire aussi volatile que l'air.

Un sourire aussi faux que leurs rangs.

Leurs morts que je vengerai.

Leur tueur que je tuerai.

Sauf si quelque chose m'en empêche.

Messages : 4
Messagère

 
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître.

 
 
Si j'avais su...

 
Vraiment, j’ai fait fort. Je suis censée, après tout ce temps, savoir éviter les gens, non ? Encore plus quand on est un gamin des rues bien plus petit que le reste des alcooliques de Londres… Excusez-moi, je suis méchante. Il n’y a pas que des alcooliques, il y a aussi des meurtriers, des psychopathes, des violeurs, des… J’arrête là ? Bon d’accord. Mais il y a aussi des personnes sympas. Comme cette boulangère qui donne les pains qui n’ont pas été vendus à la fin de la journée aux gamins des rues… Au fond, j’ai une maison, « une famille » mais je préfère la rue. Pourquoi ? On est libres de faire ce que l’on veut dans la rue. Il y a bien des gens qui s’amusent à tuer ou à mettre le feu aux maisons… Et j’en suis la preuve, j’ai miraculeusement survécu à l’incendie de ma maison, incendie prémédité bien entendu, je l’ai vu de mes propres yeux… Même si je n’ai pas vu l’auteur des faits. Qui aurait voulu tuer mes parents, ma famille ? Pourquoi sont-ils morts de cette façon ? Tout le monde mérite une belle mort… Pas une mort dans les flammes, nous ne sommes pas des Phœnixs.

Bon, à la base, je devrais être habituée à éviter les gens. Sauf que là, j’étais dans mes pensées… Et je suis rentrée dans quelqu’un, en faisant tomber mes lettres au passage… Je m’excuse avant de me baisser pour commencer à ramasser les lettres, et le jeune homme fait de même pour m’aider. Un gentleman ? C’est bien rare… Quoi que les riches vont à l’école, non ? Pendant qu’ils sont là-bas, moi je transporte des lettres de maisons en maisons et je gagne un peu d’argent… Intéressant, hein ? Je me relève en serrant mes lettres contre ma poitrine puis vois que la personne en face de moi à mon âge, et je passe du vouvoiement au tutoiement, en donnant la raison de notre impact : je ne l’avais pas vu. Bah c’est bien vrai…

- Non c’est moi, j’étais dans mes pensées.

Non, c’est moi qui ne l’avais pas vu. Enfin, bon, je vais pas lui gueuler dessus pour le faire dire que c’est de ma faute mais bon, je sais que c’est ma faute et pas de la sienne, donc je ne le crois pas. Il a le droit d’être dans ses pensées, je ne dis pas le contraire, mais c’est moi la cause de l’impact, je suis trop pressée d’aller donner mes lettres que je ne regarde pas où je vais, bravo Ashley, vraiment. C’est comme ça que tes parents t’ont éduquée ? Je me parle à moi-même, en effet, cela pose un problème un quelqu’un ? Non ? Alors il n’y a pas de problèmes. Un sourire étire mes lèvres alors que mon cerveau m’ordonne de partir. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de raisons de rester avec ce jeune homme.

- On se connait, non ? Ton visage me dit quelque chose. Mais je ne sais pas comment j'aurais pu t'oublier, tu es certainement l'une des plus belles femmes qu'il m'ai été donné de voir.

J’hausse un sourcil à ses deux premières phrases, et par la suite, je sens mes joues s’empourprer. Le sourire qui était dessiné sur mes lèvres depuis quelques minutes s’étirait par réflexe et je baisse le visage, pour laisser tomber mes longs cheveux sur mes joues pour cacher les rougeurs. Rares sont les fois où on me complimente comme cela. Mais ce compliment confirme quelque chose qui germait dans mon esprit, c’est sans doute un de ces gars qu’on appelle « gentleman ». Sans doute. Je n’en ai jamais croisé donc je ne peux pas en dire plus…

- Merci, c’est… gentil.

J’ai l’air d’une gamine qui sait pas quoi dire, et je balbutie comme si quelqu’un venait de voir que j’avais fait une connerie… Vraiment, bravo Ashley. J’ai jamais vu moins touché par des compliments. Au fond, ce ne sont que des mots flatteurs d’une personne au sourire charmeur… Attendez, qu’ai-je dit là ?

- Je… C’est possible, je ne reste pas souvent au même endroit.

Je transporte des lettres partout dans Londres, c’est si difficile à croire ? Je détaille le jeune homme, de la tête aux pieds, avant de remonter mon regard pour le laisser regarder les détails de son visage. Non, il ne me dit rien… Mais sa voix me rappelle quelque chose. Je ne sais pas quoi.

- Ton nom m’aiderait peut-être à me souvenir.

 

 
(c)Val'

 
Lun 6 Avr - 11:57
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
- Vous jouez avec votre vie !


- Et alors ?! Il faut bien jouer avec quelque chose !



Métier : Lycéen
_____
Londres


« On est souvent moins attentif quand on ne croit pas qu'une chose puisse arriver. »


« On ne devrait jamais s'en vouloir de pleurer. Jamais. »


« Wicked is good. »
Messages : 18
Le Phoenix
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître
Ashley & Jack
- Merci, c’est… gentil.

Et c'est bien la vérité... Mais ce n'est pas le plus important là. Parce que si j'avais pensé un jour me retrouver face à une de mes victimes qui n'aurait pas succombé, je ne pensais pas cela possible. Et le plus amusant, c'est qu'elle ne se souvient pas de moi. Dans un sens, c'est triste non ? De ne pas se souvenir du visage du meurtrier de sa famille.

- Je… C’est possible, je ne reste pas souvent au même endroit.

Et heureusement. Sinon on ne se serait peut être pas croisés. Et c'est dommage, car cette rencontre risque d'être bien intéressante. C'est mon sixième sens qui me le dit. Et je veux bien le croire.

- Ton nom m’aiderait peut-être à me souvenir.

Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. Je ne cherche même pas à lui mentir. Personne ne sait que je suis le Phoenix. Et elle ne sait assurément pas que c'est moi qui ai mit le feu à sa maison.

« Je m'appelle Jack Asplin. Pour vous servir mademoiselle. »

Je fais une petite courbette. Comme tous ces politiciens et autres personne qui ont réussi à grimper les échelons de la société. Comme ils sont ridicules. Enfin, là le truc, c'est que je ne vais pas retenir éternellement cette chère... Oh, mais, je ne connais même pas son prénom.

« Est ce que je pourrais savoir comment tu t'appelles ? »

Je disais donc, ce n'est pas comme cela que je vais retenir cette jeune fille. Parce que j'ai bien l'intention de continuer à parler avec elle, histoire de m'amuser un peu plus de la situation. En veillant à ne pas me faire démasquer, évidement. Je crois bien que si cela devait arriver, ça finirait mal.

« Peut être que je peux t'aider à distribuer ton courrier ? On pourra continuer à discuter comme ça. »
Code by Silver Lungs

_________________
I'm just a boy who want fire to warm up
Ven 26 Juin - 18:33
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
Fière de ma vie ?

Elle vient tout juste de commencer !

Souris à la vie !

Elle te le rendra.

Souris ! C'est comme ça qu'on t'aime.


Métier: Lycéenne
~~~


Un sourire aussi volatile que l'air.

Un sourire aussi faux que leurs rangs.

Leurs morts que je vengerai.

Leur tueur que je tuerai.

Sauf si quelque chose m'en empêche.

Messages : 4
Messagère
Je ne te connais pas... Mais tu sembles me connaître
Ashley & Jack
« Je m'appelle Jack Asplin. Pour vous servir mademoiselle. »

Sa courbette me tire un sourire. Il se nomme donc Jack ? Non, je ne le connais pas... Je ne connais pas de Jack et encore moins de jeunes hommes aux airs de Gentleman comme lui. Car oui, il a tous les airs d'un Gentleman et il parle aux filles comme s'il avait de l'expérience. Je doute fort que je sois la première fille à qui il parle comme ça.

« Est ce que je pourrais savoir comment tu t'appelles ? »

J'en avais presque oublié qu'il ne connaissait pas mon nom, perdue dans mes pensées à me demander "Qui est-il ?". Je sais qu'il se nomme Jack et qu'il semble être Gentleman. Mais j'ai l'impression qu'il me connait... Je ne sais pas pourquoi.

" Ashley, Ashley Hudson. Enchantée de faire votre connaissance, Monseigneur. "

On n'est plus au moyen-âge, et je ne parle pas comme ça pour me moquer de lui, au contraire. Je croise les jambes, pliant légèrement les genoux, tout en mimant le fait de tenir une robe. Puis je me relève, le sourire aux lèvres, en croisant les bras sur ma poitrine.

« Peut être que je peux t'aider à distribuer ton courrier ? On pourra continuer à discuter comme ça. »

Mon sourire s'élargit encore plus à sa proposition. Je n'avais pas vraiment prévu de continuer ma journée aux côtés d'un jeune homme... Mais en effet, on pourra continuer de discuter.

" Bien sûr, si tu veux. "
Code by Silver Lungs

_________________

La fille qui a survécu


Jeu 29 Oct - 15:39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: