:: ...A Perpette :: Du Weldenvarden Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vous êtes ? [ Regina ]
avatar
Libre :





Métier : Boulangère
~~~







Messages : 5
Dragonnier

Vous êtes ?


Qui oserait déranger une Parjure en mission ?


Une journée des plus banales commençait pour Faelyss – enfin, si l’on peut qualifier ses journées de « banales »- et son dragon, aussi impressionnant et sombre que l’esprit de sa dragonnière, son nom ? Aïdoyar. Ce dragon sent la mage à plein nez pour les adeptes de cette pratique et de ce moyen de défense. Son dragon est surnommé le dragon-liche. Pourquoi ? Car il semble totalement vivre de la magie, comme ces flammes bleues qui lui servent d’ailes. Ses ailes sont comme des nuages, légères, traversables, belles. Malgré le fait que ses ailes soient comme du fil fin bleu, il vole merveilleusement bien. Il crache du feu, comme tout dragon, mais du feu de couleur bleue. Etrange, n’est-ce pas ? Ce royaume, gouverné par Galbatorix l’est tout autant.

La Parjure avait été envoyée en mission pour trouver la dragonne d’un certain dragonnier, tout jeune « dans le métier », un dragonnier n’ayant pas subit les corruptions du Roi, et malgré elle, de le capturer et de l’amener à Galbatorix pour elle ne sait quels traitements. Dans tous les cas, ce ne sera pas amusant pour le dragonnier concerné. Le Roi Galbatorix est l’homme le plus répugnant et sadique d’Alagaësia. Il a tué des dragons, et, comprenez, pour l’Alagaësia, c’est un crime. Mais heureusement pour le Roi, personne ne peut l’atteindre… Il n’a même pas de reine, c’est pour vous dire le sentiment qu’il donne quand on le voit ! Mais pourtant, Faelyss n’avait pas eu le choix… Personne n’a le choix. Encore moins les Dragonniers. Galbatorix est en train de se créer une armée de Parjures… Et peu de personnes s’en rendent compte.

Faelyss s’était arrêtée dans une clairière, avec son dragon, une clairière longeant la rivière Anora et à la bordure de la forêt Du Weldenvarden, près de Ceunon. Elle prenait un peu de temps avant d’obéir et de remplir la mission. Elle est obligée. Le serment fait à Galbatorix est inviolable. Elle avait laissé Aïdoyar qui trônait dans la clairière. Peu de discrétion, dites-vous ? Elle s’en fiche. La personne assez curieuse et bavarde pour dire qu’elle a vu un dragon sera brûlée sur place. Mais, alors que Faelyss « chassait » dans la forêt pour se changer les idées, elle fut contactée par son dragon, mentalement. Une personne venait d’arriver sur un cheval, une femme. Cela intrigua Faelyss, et celle-ci revint, en armure, armée de deux lames visibles, avec un capuchon noir rabattu sur ses cheveux aussi sombres. Elle avançait à grands pas, un arc à la main et un carquois dans le dos. Lorsque la dragonnière arriva à la hauteur de la femme et de son dragon, elle posa une main sur Aïdoyar. Fixant la femme, elle lança, d’une voix monotone et ferme, cependant, un soupçon d’ironie dans la voix, comme à son habitude :

« Qui me vaut l’honneur de cette visite ? »


(c)Val'

Mar 10 Mar - 18:35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
Darwin aurait dit : laissez-le mourir.

[img][/img]
Ce que vous appelez de la gentillesse, j'appelle ça de la faiblesse.


Je n’ai de sympathie pour aucun de vous, bande d’asticots, ni même la patience de prétendre le contraire.


Il n’y a pas de petits faux semblants, il n’y a qu’un océan de mensonges.


Je dis toujours la vérité, même quand je mens c’est vrai.


Métier : Juge
____
Alagaësia


"I shall destroy your hapiness, if it is the last thing I do !"


"Love is a weakness"


"Sometimes, illusions are better than truth."


"All magic comes with a price."


"I'm not in the mood for a hope speech."


"Didn't anyone tell you ? Black is MY color."


"I don't run from monsters. They run from me."
Messages : 6
Evil Queen

Vous êtes ?


Qui oserait déranger une Parjure en mission ?

La tenue noire de Regina était parfaitement accordée avec ses cheveux ébènes et son sombre maquillage autour de ses yeux. Comme à son habitude, un épais chignon trônait sur sa tête, à défaut d'une couronne qu'elle aimerait posséder. Mais elle préférait mourir, ou pire : renoncer à sa vengeance, que de se marier avec Galbatorix. Non pas qu'elle le trouvait répugnant, après tout, elle aussi se plaisait à détruire de nombreuses vies humaines, mais c'est simplement qu'elle sait que cet homme privilégierait son pouvoir face à n'importe quoi. Et elle ne voulait pas se faire poignarder dans le dos. Quant à prendre la place de Galbatorix... Oui, elle aimerait. Mais celui-ci a une armée fidèle et barbare, alors qu'elle n'a que ses jambes pour la porter et ses mains pour créer la magie. Autant dire qu'elle ne ferait pas long feu si elle voulait prendre le pouvoir par la force.

Regina chevauchait son destrier noir, sa robe correspondant parfaitement à son image. Elle allait à allure raisonnable, ne voulant pas épuiser la bête plus que nécessaire. Elle avait entendu dire par un sorcier, qu'une Parjure et son dragon se trouvait non loin de sa demeure. Alors, elle avait décidé d'aller les trouver. Pourquoi faire me direz vous ? Eh bien, pour accomplir sa vengeance voyons. Aux grands maux les grands remèdes, et Mary est un mal sans nom. Vous n'imaginez pas le nombre de potions, sorts et autres incantations nécessitant des morceaux de dragon. Une écaille par ci, une vicaire par là, un ventricule pour une potion de force, du sang noir de dragon pour faire une potion d'empoisonnement bien corsée, une dent pour guérir de certaines maladies... Non vraiment, le dragon sert pour tout et n'importe quoi. Aussi bien pour blesser que pour guérir.

La brune arrivait enfin à la clairière ou était censé se trouver le dragon et sa propriétaire. Et le dragon était bien là. Regina repassa au pas, un large sourire sur son visage. Cette bête est vraiment impressionnante, il n'y a pas à dire. Il faudrait être le plus fou des hommes pour oser s'y affronter. Ou alors le plus stupide. Regina, elle, n'était ni l'un ni l'autre. Elle ne souhaitait pas tuer cette bête : elle avait besoin d'être en un seul morceau pour tuer Mary. Cependant, peut être pourrait elle réussir à négocier un oeuf de dragon, ou bien des matériaux à potion ? Une silhouette arriva enfin. C'était forcément la Parjure qui venait rejoindre son compagnon.

« Qui me vaut l’honneur de cette visite ? »

Regina posa son regard sur celui de la femme qui venait de lui adresser la parole. Elle la détailla un instant, avant de se décider à répondre à sa question.

-Je m'appelle Regina.

Bien que personne ne l'appelait plus comme cela. Tous ceux qu'elle croisait n'osaient prononcer son prénom, de peur d'être brûlé sur place. Alors, ils se contentaient de l’appeler madame, et parfois la surnommaient d'un mot désignant sa noirceur, quel qu'il soit.

-Et vous, quel est votre nom, Parjure ?

Non, Regina n'avait pas l'intention de passer son chemin. Et elle ne repartirai pas les mains vides, ou sans un marché de passé.


(c)Val'

Sam 28 Mar - 11:51
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :





Métier : Boulangère
~~~







Messages : 5
Dragonnier

Vous êtes ?


Qui oserait déranger une Parjure en mission ?


Quelle idée d’avoir accepté de servir Galbatorix ? En effet, quelle idée. Mais quand vous êtes fait prisonnier, torturé, mal nourris, blessé, frapper, vous ne pouvez nullement refuser. Après tout, servir le Roi, n’est-ce pas un privilège ? Beaucoup d’idiots répondraient que si. Mais loin de là est la vérité. La vérité c’est que, quand vous faites un serment inviolable à Galbatorix, vous enlevez toute part d’humanité, de sagesse de votre corps et de votre âme. Vous n’êtes plus rien. Vous et votre dragon n’êtes plus rien. Vous n’êtes plus qu’un simple pion sur un échiquier uniquement contrôlé et décidé par Galbatorix, ce Roi sanguinaire et insupportable. Au physique peu avantageux d’ailleurs, ce qui n’améliore rien… Encore, un beau Roi, un Roi sadique, sanglant mais beau, ça changerait tout… Lui, il n’est au goût de personne voilà pourquoi l’Alagaësia n’a pas de Reine Sanguinaire pour gouverner avec Galbatorix. Triste futur, triste avenir, triste chemin, non ? En effet.

Faelyss s’était arrêtée avant de partir en mission. Une chose de plus, lorsque vous êtes à la solde de Galbatorix, vos idées sont gouvernées par celui-ci. Vous n’avez plus aucune liberté… Une chose pire encore, est que Galbatorix peut prendre le contrôle de votre corps, quand il veut, ou il veut, pour vous faire faire ce qu’il veut. Tuer. Torturer. Massacrer. Des choses dans ce genre uniquement, nous parlons de Galbatorix, non pas d’un roi clément, et d’un roi juste. Devrions-nous seulement appeler Galbatorix « Roi » ? Beaucoup –trop- de personnes l’appellent comme ceci, de peur d’être égorgé, brûlé vif sur le bucher ou par un dragon, ou encore d’autres choses aussi répugnantes que celles citées avant.

Lorsqu’Aidoyar entra mentalement en contact avec Faelyss, celle-ci fut intriguée. Qui viendrait se frotter à une Parjure en mission, ou encore à un dragon de la carrure d’Aidoyar ? Un fou, bien entendu. Ou une folle, en l’occurrence, d’après ce que le dragon noir et bleu avait décrit. Elle avait la corde de son arc tendue jusqu’à sa pommette, sa flèche noire visée vers un animal sauvage quand la femme était arrivée à la hauteur du dragon. Enervée, elle n’était pas réellement de bonne humeur pour cette rencontre avec une femme qu’Aidoyar ne connaissait pas. Eh bien oui, vous vous attendiez à quoi ? Une simple conversation ? Non, la discussion entre un dragon et son dragonnier est beaucoup plus complexe que les légendes que l’on raconte aux enfants, dès leur naissance… Cela prend beaucoup d’énergie pour le faire, et une trop longue conversation peut fatiguer le dragon et le dragonnier même si le dragon a beaucoup plus d’énergie et de force qu’un homme ou un elfe. Ou encore Galbatorix. Pourquoi l’un des dragons ne parle pas à Galbatorix jusqu’à le rendre faible ? Il faut que le dragonnier accepte de parler… Et Galbatorix connait bien cela, des dragons ayant tenté de le faire.

Elle marche alors dans la forêt, se frayant un chemin plus simple à travers les herbes et les ronces à l’aide de sa magie, magie apportée par Aidoyar quand il a éclos pour elle. Elle avance à pas léger, rapidement, jusqu’à enfin voir la lumière apportée par la plaine. Elle remonte pour arriver au côté de son dragon, jusqu’à poser une main blanchâtre sur les écailles sombres de la créature. Elle demande à la femme qui lui fait fasse son nom, par une question contournant le simple « qui êtes-vous ? ».

-Je m'appelle Regina.

Un sourire nait sur les lèvres de Faelyss. Regina, hein ? Ce nom que l’on n’ose plus prononcer, au même titre que celui de Galbatorix ? Amusant. Elle grimpe sur le dos d’Aidoyar sans problème, sur cette selle créée pour ne pas se blesser avec les écailles des dragons. Si elle n’avait pas été à la solde de Galbatorix, elle serait partie. Mais non, elle ne détourne pas le regard face à quelqu’un.

-Et vous, quel est votre nom, Parjure ?

Les yeux de Faelyss pétillent de malice à cette question. Si Regina pense connaître son nom aussi facilement qu’elle lui a donné, elle se met le doigt dans l’œil. Aidoyar penche la tête vers la femme, ses yeux bleus la détaillant des pieds à la tête. Lui aussi se demandait ce que cette femme faisait là.

- Le nom de Parjure me convient, vous n’avez pas à en savoir plus.

Au fond, le nom de Parjure ne lui convient pas. C’est dégradant, salissant, tout ce que vous souhaitez. Elle fixe la femme de ses yeux bleus, une question germant dans son esprit. Elle détaillait cette femme, de haut en bas. Cette femme de noir vêtu, cette femme répondant au nom de Regina.

- Que me voulez-vous, Regina ?


(c)Val'

Lun 6 Avr - 17:26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :
Darwin aurait dit : laissez-le mourir.

[img][/img]
Ce que vous appelez de la gentillesse, j'appelle ça de la faiblesse.


Je n’ai de sympathie pour aucun de vous, bande d’asticots, ni même la patience de prétendre le contraire.


Il n’y a pas de petits faux semblants, il n’y a qu’un océan de mensonges.


Je dis toujours la vérité, même quand je mens c’est vrai.


Métier : Juge
____
Alagaësia


"I shall destroy your hapiness, if it is the last thing I do !"


"Love is a weakness"


"Sometimes, illusions are better than truth."


"All magic comes with a price."


"I'm not in the mood for a hope speech."


"Didn't anyone tell you ? Black is MY color."


"I don't run from monsters. They run from me."
Messages : 6
Evil Queen
Vous êtes ?
Faelyss & Regina
Regina avait finalement trouvé le dragon et la Parjure avec plus de facilité qu'elle ne le pensait. Cependant, le plus difficile n'était pas fait, loin de là. Il fallait encore négocier, et cela ne risquait pas d'être chose aisée. La diplomatie n'est pas son fort. Il est plus facile de tuer ou de réduire à un insecte quelqu'un pour prendre ce dont on a besoin. Alors, quand il s'agit de parlementer, la brune doit se brider et se retenir de prendre par la force se dont elle a besoin.

- Le nom de Parjure me convient, vous n’avez pas à en savoir plus.

Bien, de toute manière, Regina ne se souciait pas d'en savoir plus. Elle ne comptait pas faire ami-ami avec quelqu'un d'assez faible pour rester à la solde de Galbatorix. Quoi que cela fusse sûrement faux. Elle le savait d'ailleurs, mais il faut croire que sa fierté arrivait même à troubler son propre jugement intérieur. Elle même chaque jour se battait (au sens propre du terme comme au figuré) pour ne pas tomber sous la coupe de cet odieux roi. Il va sans dire qu'un jour où l'autre, elle se retrouvera enfermée au fond d'un cachot du palais, et n'en sortira qu'après avoir prêter allégeance à son « roi ». Mais elle ne le voulait pas, pas plus qu'elle le considérait comme tel. Il fallait être fou pour oser penser que personne n'a d'emprise sur vous, et sûrement Regina l'était un minimum.

- Que me voulez-vous, Regina ? 

Voilà une bonne question qui valait le mérite d'être posée. Il va sans dire qu'une simple personne tombant par hasard sur un dragon dans la forêt se serait enfoui rapidement. Mais Regina n'était pas de ces lâches qui fuient pour leur vie, pas plus qu'elle n'était là par hasard. Il est évident qu'une bonne raison l'amène ici, sans quoi elle n'aurait pas pris la peine de s'y rendre. Elle a d'autres chats à fouetter que de risquer sa peau sur une discussion qui peut à tout instant mal tourner. Quand à tourner, la brune n'est pas du genre à tourner autour du pot, c'est pourquoi elle pose sa question de but en blanc, sans chercher à prendre de détour ni à l'enrober. La diplomatie, je vous le disais n'est pas réellement son fort.

« A vous, rien. C'est plutôt à votre dragon que j'en voudrais. J'ai besoin de sa bave. »

Une potion avec de la bave de dragon, pour assurer un empoisonnement lent et douloureux. Quelque chose sans remède pour sur, car si cette potion n'est pas facile à élaborer, personne n'a à ce jour réussi à élaborer un antidote. Et de plus, il n'y a même pas besoin d'avaler la potion. Il suffit d'y ajouter un cheveux de la personne à tuer, et grâce à un peu de magie, le liquide s'évaporera pour trouver de lui même la personne à tuer. Ce n'est pas magnifique ? Mais bien sur, Regina ne s'attendait pas à ce que la Parjure lui donne ce qu'elle voulait bien gentiment.

« Peut être peut-on passer un accord ? »
Code by Silver Lungs

_________________
Run out of my road, vermin
Ven 26 Juin - 18:36
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: