:: ...A Perpette :: Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
CLOS || Une colle des plus plaisantes || Abigail
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Ça fait presque une semaine maintenant, ma vie a été encore une fois chamboulée. Abigail et moi nous sommes réconciliés. Pas juste en se pardonnant mais en gardant nos distances, non... C'est presque comme avant. Elle m'aime, je l'aime, on s'aime. Comme si rien n'avait changé. Et pourtant, beaucoup de choses ont changé. Maintenant, on évite de se montrer en public. Les gens ne comprendraient pas, et raconteraient tout et n'importe quoi. Je n'ai pas envie que notre relation se détériore à nouveau à cause d'un quelconque abruti pensant être plus malin que nous. On se voit, souvent, tout le temps, après les cours, avant, quand on en a pas. On est toujours à deux. Comme avant.

Et comme avant aussi, on se retrouve de nouveau en colle, tous les deux. Les profs n'ont toujours pas compris qu'une colle à deux, c'est pas une colle, mais le moment parfait pour élaborer nos conneries. Enfin ça, c'était avant. Je ne m'amuse plus à remplir de trucs gluant les toilettes, de mettre en pagaille les salles de cours. Non, maintenant je m'amuse à persécuter les plus faibles. Mais depuis que ça va mieux avec Abi, cette manie c'est brusquement arrêtée. Bien que des fois ma baguette me démange. Je me retiens. Pour ne pas lui faire plus de mal, à elle. Alors à défaut d'utiliser la baguette, j'utilise des mots méchants. Et pour les profs, ce qui est vérité passe pour de l'insolence, et je me retrouve collé...

Un pion m'accompagne, comme s'il pensait que je n'étais pas assez grand pour trouver moi même le lieu de ma colle. A savoir les vestiaires du stade de quidditch. Un match s'est déroulé la veille, et c'est dans un bordel monstre. Il me lâche enfin les basques après m'avoir pris ma baguette, parce que « pas de magie pour nettoyer, c'est une colle, pas un spectacle ». J'entre donc, maudissant les Serpentards pour le bordel qu'ils ont foutu ici. Abigail est déjà là. Je suis toujours en retard pour mes colles, ça commence à se savoir... Et pour une fois, Dieu merci, il n'y a pas de pion pour nous surveiller. Il n'avait sûrement pas envie de nager dans l'odeur de transpiration. C'est une bonne chose, au moins Abigail et moi pourrons passer du temps ensemble sans avoir quelqu'un sur notre dos.

Je m'approche de la jeune fille, un large sourire sur les lèvres. Je ne l'ai vu que rapidement entre midi, aujourd'hui étant une grosse journée de cours pour moi. Je pose mes lèvres sur les siennes, pour un baiser tendre. Ses lèvres m'ont manqué autant qu'elle. Je me recul un peu, admirant son visage. C'est fou comme elle a pu me manquer. Alors que je pensais la détester. Mais c'était bien le contraire. Malgré tout, je l'aimais, et je l'aime toujours, de plus en plus fort chaque jour. Je jette un coup d’œil autour de nous, et soupire du monstrueux travail qui nous attend.

« On a du boulot... »

Et je n'ai vraiment pas envie de le faire. Tout ce que je veux, c'est être avec Abigail. Rien qu'elle et moi, loin de tous, loin de Poudlard, loin des mange-morts, loin de nos ennuis. Juste elle et moi. Dans ce vestiaire... Sans avoir à nettoyer.
Code by Silver Lungs

_________________
you were, you are and you'll always be the only one
Mer 12 Aoû - 21:15
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Depuis une semaine, je suis au paradis. Je suis plus qu'heureuse. J'ai retrouvé Kenneth, comme avant. Non pas comme avant quand il était seulement mon meilleur ami. Non, comme avant quand on était en couple. Il m'aime, même après tout ça, et je l'aime aussi. Beaucoup de choses ont changé, mais ça me donne une impression que non, tout est comme avant. Si seulement... On ne s'affiche pas vraiment en public, les élèves de Poudlard n'attendent que ça, des nouvelles infos pour inventer des histoires ou foutre la merde.

Aujourd'hui, je suis collée, pour avoir été "insolente" et pour avoir mis le bazar dans un cours. Juste une boulette de papier dans la tête du professeur, le dos des autres pendant une interro. Pour bien détendre l'atmosphère, ça a raté, parce que ça les a énervés. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est que c'était ça mon but... Enerver le monde. Comme avant. Comme toujours.

Je me suis donc rendue au lieu de la colle, autrement dit les vestiaires de Quidditch. C'est tout sauf sexy pour retrouver son copain. Ce vestiaire pue la transpiration, normalement. Mais lorsque j'ai fait un pas dans le vestiaire et qu'on m'a pris ma baguette des mains - comme d'habitude - je me suis rendue compte que ça allait. J'ai connu bien pire... Je fais le tour des vestiaires, me rendant compte que, l'odeur ça va, le rangement à faire beaucoup moins.

J'entends finalement la porte s'ouvrir et je retourne vers l'entrée, un sourire étirant mes lèvres lorsque j'aperçois Kenneth. Le pion me fusille du regard puis part finalement. Je crois qu'il a deviné... Deviné quoi ? Vous le saurez bien assez tôt. Kenneth s'approche de moi et pose ses lèvres sur les miennes, et je souris contre les siennes. Je ne l'ai vu que quelques minutes ce midi... Je détaille son magnifique visage, mais je sors de cette phase de "Il est tellement beau" lorsque j'entends sa voix.

« On a du boulot... »

Je soupire avant de regarder autour de moi de nouveau. Les Serpentards sont vraiment chiants. Déjà que je ne les aime pas au naturel, alors quand je dois ranger derrière eux, c'est vraiment chiant.

" Plus vite on commence, plus vite on a fini... "

Je soupire de nouveau puis commence à me mettre au travail. On a vraiment, vraiment du boulot. J'ai pas envie de bosser, mais comme je l'ai dit, si on commence maintenant on finit plus tôt. Mais une voix dans ma tête me dit qu'on va devoir ranger même après avoir fini notre colle. Je commence donc à ranger le plus simple, avant dégoût, quand même. Plus j'avance dans le travail, plus je m'éloigne de Kenneth. Je m'offre une pause lorsque j'ai bien avancé, et je traverse le vestiaire sur la pointe des pieds pour arriver dans le dos de Kenneth et poser mes lèvres sur son cou. Je l'enlace en glissant mes mains sur son torse, continuant de déposer des baisers sur la peau de son cou.
Code by Silver Lungs

_________________

Lorsque l'on perd l'amour de sa vie, c'est un peu comme se perdre soi même. Une partie de nous, de notre âme s'envole. C'est atroce ce sentiment de vide dans son ventre, et cette nostalgie amère dans sa tête.
Mar 27 Oct - 19:22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Avant je détestais les colles. Et puis, aujourd'hui, je me retrouve collé en même temps qu'Abigail, à devoir nettoyer les vestiaires, sans pions derrières nous. Autant dire que tout de suite, j'aime bien être collé. Mais on a du boulot, et ça c'est pas cool.

" Plus vite on commence, plus vite on a fini... "

Je soupire, puis me décide à ranger. J'essaye d'aller vite, comme ça c'est fait. Quand je me décourage un peu, je tourne la tête pour voir Abigail. Rien qu'à sa vue je souris et me redonne du courage pour la suite. On avance plutôt vite, et ça c'est bien. Plus de temps on aura à la fin de cette colle, mieux ça sera...

Alors que j'étais concentré sur ma tâche, des lèvres se posent dans mon cou. Pas n'importe lesquelles : celles d'Abigail. Ses bras m'enlacent, et je profite de cette étreinte, posant mes mains sur les siennes. Ce qu'elle m'avait manquée... Je me retourne pour lui faire face, mes mains glissant sur ses bras pour aller se poser sur sa taille. Je rapproche mon visage du sien, et pose mes lèvres sur les siennes.Quelque chose me dit que les vestiaires vont rester dans cet état un moment avant qu'on se décide à continuer à ranger...

-Je t'aime.

Juste un murmure qui est sorti malgré moi. Depuis que je l'ai retrouvée, j'ai besoin de lui dire à quel point elle est importante pour moi, à quel point je l'aime. Je l'ai trop mise de côté, je lui ai fait trop de mal pour faire comme si de rien n'était, maintenant qu'on est de nouveau réunis.
Code by Silver Lungs

_________________
you were, you are and you'll always be the only one
Mer 28 Oct - 17:01
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Je sais que plus vite on range tout ce vestiaire, plus vite on pourra être ensemble, mais je ne tiens plus. Même si depuis le début de cette colle, quand je perds mon courage, je pose mon regard sur Kenneth, j'avais envie d'une pause. Et puis j'ai bien avancé dans mon travail, j'ai une excuse. Mais j'avais vraiment envie de sentir ses lèvres contre les miennes et sa peau contre la mienne. C'est comme une drogue... Plus je l'embrasse, plus j'ai envie de l'embrasser. Et là, j'étais en manque.

C'est pourquoi j'arrive par derrière lui en posant mes lèvres sur son cou et passant mes mains autour de lui. Il se tourne vers moi et je croise son regard alors que je sens ses mains se poser sur ma taille. Son visage se rapproche du mien et ses lèvres se pose sur les miennes. J'approfondis le baiser, avant qu'on ne s'éloigne pour laisser un peu d'air à nos poumons.

-Je t'aime.

Je pose mon front contre le sien, un sourire se dessinant sur mes lèvres. Je me sens bien. Je me sens complète, aimée et amoureuse. Et c'est l'une des plus belles sensations au monde, après sentir sa peau contre la mienne bien sûr.

- Moi aussi je t'aime.

Et je l'ai toujours aimé, même quand on s'est éloigné à cause d'une connerie de "blague". Et dire que tout est parti de ça, à cause d'une mauvaise blague des Serpents, à cause d'un malentendu. Qu'il y a eu tout ça... Tout passe trop vite. Mais le passé est passé et je n'ai pas envie de repenser à ça. Je pose mes mains sur son cou, avant de poser mes lèvres sur les siennes pour l'embrasser comme jamais, approfondissant le baiser. Mes mains descendent le long de son torse pour se glisser légèrement sous son tee-shirt, tout en continuant de l'embrasser.
Code by Silver Lungs

_________________

Lorsque l'on perd l'amour de sa vie, c'est un peu comme se perdre soi même. Une partie de nous, de notre âme s'envole. C'est atroce ce sentiment de vide dans son ventre, et cette nostalgie amère dans sa tête.
Mer 28 Oct - 21:14
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
-Moi aussi je t'aime.

C'est vraiment étrange de se retrouver là, après tout ce qu'il c'est passé. Mais ça me va. Quoi de mieux que d'être avec la personne qu'on aime ? Nos lèvres se rejoignent encore une fois, pour un baiser encore plus approfondit. J'apprécie le moment présent, et aussi ses doigts qui s'aventurent sous mon tee-shirt. Les miens aussi glisse sous le haut d'Abigail, remontant légèrement sur sa peau. Je perds toute notion du temps, du lieu. Je sais juste que je suis avec Abigail et que je l'aime.

Mes mains remontent un peu plus sur sa peau, se logeant au creux de ses reins. J'ai envie de sentir sa peau contre la mienne, de parcourir chaque centimètre de sa peau, d'en découvrir encore plus. Toujours plus. Lorsque mes poumons réclament de l'air, je décolle mes lèvres des siennes, pour aller les poser sur sa mâchoire. J'embrasse sa peau, respirant son parfum. Mes lèvres descendent jusqu'à son cou que je ne me prive pas d'embrasser, encore et encore.
Code by Silver Lungs

_________________
you were, you are and you'll always be the only one
Mer 28 Oct - 21:38
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Tout ça m'avait manqué. Sa voix, ses murmures, sa peau contre la mienne, ses lèvres contre les miennes, cette proximité qui nous liait, avant tout... ça. Mais je ne veux plus y penser, c'est du passé. Je l'embrasse donc, tendrement, en approfondissant au fur et à mesure le baiser. Je laisse mes mains s'aventurer sous son tee-shirt, touchant sa peau. Il fait de même et se sent sa peau contre la mienne, ce qui me fait frissonner.

Ses mains remontent le long de mon corps et je continue de l'embrasser. Mes mains se baladent sous son tee-shirt, remontant le long de son torse. Nos lèvres s'éloignent pour que nous puissions prendre un peu d'air et je sens finalement ses lèvres sur ma mâchoire puis dans mon cou. Je lâche un soupir de bien être alors que je redescends mes mains le long de son torse pour finalement attraper son tee-shirt et le remonter pour ensuite l'enlever. Je reprends possession de ses lèvres par la suite.
Code by Silver Lungs

_________________

Lorsque l'on perd l'amour de sa vie, c'est un peu comme se perdre soi même. Une partie de nous, de notre âme s'envole. C'est atroce ce sentiment de vide dans son ventre, et cette nostalgie amère dans sa tête.
Mer 28 Oct - 21:58
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :







___________











___________


I'm the ghost of your past.


Je ne pense pas que parler soit une solution.


Qu'est ce qui m'a mis dans cet état ?


L'amour, évidement.


I've turned into a monster.


Scared ? Oh, you should not.


I'm nice with children...


When they are dead.

___________


« Ma philosophie c’est d’ignorer le problème jusqu’à ce que j’en sois complètement débarrassé. »


« Pourquoi tu ne souris plus ? Quelqu’un pourrait tomber amoureux de ton sourire ! »


« On appelle ça le chagrin, je pense qu’il y a 2 milliards de chansons écrites sur le sujet. »
Messages : 60
Poufsouffle
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Alors que mes lèvres s'acharnent à embrasser la peau d'Abigail, je sens ses mains qui remontent un peu plus sur mon torse, ce qui me procure un frisson de bien être. Nous nous séparons juste le temps qu'elle jette mon tee-shirt au sol, avant que nos lèvres ne se réunissent de nouveau.

Mes mains s'autorisent à remonter plus haut encore sur sa peau, jusqu'à trouver son haut gênant. Mes doigts attrapent le tissu pour le remonter et finalement enlever son tee-shirt. A peine est-il au sol que mon regard se perd sur les courbes de la jeune femme en face de moi. Elle est magnifique. Une de mes mains repars dans son dos, l'autre flirt avec ses côtes tandis que mes lèvres se posent sur les siennes. Je ne suis pas sur que ce vestiaire soit nettoyé avant un moment... Surtout s'y on se met à foutre le bordel à notre tour.
Code by Silver Lungs

_________________
you were, you are and you'll always be the only one
Jeu 29 Oct - 12:32
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :




























Messages : 49
Gryffondor
Une colle des plus plaisantes
Abigail & Kenneth
Une fois son tee-shirt tombé à terre, je m'empare de ses lèvres, alors que mes mains glissent sur la peau désormais dévoilée. J'aime ce contact entre nos peaux, et il m'avait bien trop manqué pour que je n'en profite pas maintenant. Bon, le lieu, on repassera, d'autant plus qu'on aura encore plus de rangement à faire après ça... Mais on est seuls, pour une fois, et ça fait du bien d'avoir un peu d'intimité avec la personne qu'on aime.

Je frissonne au contact de sa peau sur la mienne, sentant ses mains remonter le long de ma peau. Nous nous séparons quelques secondes, le temps que mon haut se retrouve au sol. Je frissonne encore lorsque ses mains se posent de nouveau sur ma peau. Je l'embrasse avec passion, descendant mes mains le long de son torse et de ses abdominaux, jusqu'à son jean.

*** pegi 18 ***
Code by Silver Lungs

_________________

Lorsque l'on perd l'amour de sa vie, c'est un peu comme se perdre soi même. Une partie de nous, de notre âme s'envole. C'est atroce ce sentiment de vide dans son ventre, et cette nostalgie amère dans sa tête.
Jeu 29 Oct - 13:12
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: