:: ...A Perpette :: Pré-au-lard Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Je veux des explications, toi aussi je pense | Louveteau
avatar
Libre :





















Messages : 63
Gryffondor
Je veux des explications, toi aussi je pense
Louveteau & Louvette
Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. J'ai tout vu, tout suivi, mais pourtant, il y a tellement de choses à dire que je ne sais pas quoi dire en fait. Juste que Peter a été capturé par des chasseurs de loup-garous. Avec quelques autres membres de la meute. Et normalement, je devais en faire partie, mais cet idiot s'est mis devant moi. Et c'est lui qui a été capturé. Des chasseurs de loup-garous, je crois que c'est des aurors spécialisés, comme pour tuer tous les loups-garous existant, car c'est une menace. Ou bien, ne pas tuer, mais envoyer à Azkaban tous les lycanthropes, les créatures surnaturelles autres que les sorciers. Je préfère de loin mourir plutôt que sombrer dans la folie à Azkaban, pas vous ? Enfin là n'est pas le problème.

C'était une réunion normale, entre les membres de la meute, pour mettre au point tout ce qu'il fallait mettre, vous voyez ? C'est difficile à expliquer un rassemblement ! A pré-au-lard, mais pas à la salle d'entrainement. C'était... Un appartement ? Au rez-de-chaussé d'un appartement ? Je ne sais pas. J'étais dans mon coin, à ignorer royalement ce qu'il se disait, fuyant le regard de Peter ou des autres. La fille bien intéressée par la meute, vous voyez ? Et puis, ils sont arrivés de nulle part, en nous tirant dessus ou avec des flèches, ça dépendais. Tout est brouillé dans ma tête... Ce n’était pas des balles et des flèches normales, mais des trucs en argent, avec une plante appellée "tue-loup", un truc qui nous affaiblit et qui nous tue. Sinon les trucs normaux, on guérit.

Malgré ma force d'Oméga et grâce à mon entraînement qui fait - qu'il parait - que j'ai la force d'un Bêta, ma rapidité supérieure, je me battais relativement bien, envoyant valser des chasseurs, les tuant même parfois, évitant des flèches, regardant les autres membres de la meute se battre en vain avant de s'effondrer sous le poison. Je m'en suis prise une, de balle. Et au fur et à mesure que je tentais de me défendre, je faiblissais, et mes yeux avaient de plus en plus de mal à garder leur couleur bleue. J'ai failli me faire capturer, mais, allez savoir pourquoi, j'ai vu Peter se placer devant moi, entre le chasseur et moi en fait. Et je crois que les chasseurs ont bien compris que c'était la capture la plus intéressante, un Alpha. Et je ne sais absolument pas où il est. Ni s'il est encore vivant. Enfin, si, sinon j'aurai plus de meute quoi.

J'ai passé tous mes cours à penser, réfléchir, à stresser pour lui. Pourquoi ? Parce que c'est mon Alpha, normal. Mais une voix dans ma tête me pousse à vouloir le retrouver pour une autre raison. Là, je devrais être en cours, mais j'ai séché. C'est le cours de mon père, je ne sais pas ce qu'il va dire, mais là, actuellement, Peter est plus important. J'ai des putains de mauvaises notes en tout, alors si je loupe un cours, ce n’est pas bien grave, ça changera rien. J'ai rejoint la salle d'entrainement, et j'ai trouvé quelques bêtas aussi là. D'ailleurs, je suis rétablie de ma balle, pour avoir trouvé une autre balle et avoir fait un rituel bien particulier pour enlever le poison. Avec les autres Bêtas, nous avons décidé de nous séparer. Je suis avec un autre Bêta, transformée en coyote, à galoper dans l'ombre pour aller chercher un endroit où des aurors pourraient torturer des loups-garous.

Nous sommes dans un espèce d'immeuble abandonné mais pourtant récent, je connais pas son histoire mais ça doit pas être beau. Nous marchons à pas de loup - le jeu de mot -, il n'y a personne, mais ça sent le sang frais. Mon compagnon ne sent rien, et alors que nous nous apprêtons à ressortir, je me stoppe. J'entends du bruit. Je tourne la tête, et nous décidons de rester dans l'ombre, pourtant, sur nos gardes, bien décidés à découvrir l'origine de ce bruit. Un auror. Je ne sais pas où sont les autres, je les sens. Mais une odeur... Différente me parvient. Seuls les Alphas peuvent sentir une odeur et reconnaître à qui elle appartient. Il y a un autre cas, et je crois bien que c'est celui-là, c'est obligé que ça soit celui-là qui me fait sentir cette odeur... C'est Peter. Je le reconnais. Il est là, dans cet immeuble. Je murmure à mon ami que je pense savoir où il est, et pourtant, il me regarde bizarrement et me dit que c'est impossible. Je n'en reste pas là, et réussi à le convaincre de s'occuper de l'Auror qui est proche.

Je cours dans le rez-de-chaussée, à moitié transformée en coyote, sans faire le moindre bruit, dans les couloirs de cet immeuble abandonné. C'est un labyrinthe, mais je suis l'odeur que je connais trop bien. Je suis désormais dans les sous-sols, marchant avec difficulté dans cet endroit que je ne connais pas. Ma vision de garou m'aide à voir plus précisément, et j'arrive enfin devant une large porte blindée. Des pas se font entendre à ma droite et je me retourne, pour apercevoir un Auror. Un jeune, je suppose, il n'est pas armé... Mais il a du courage. Je me jette sur lui, le balançant contre les murs, ou plus loin dans le labyrinthe, avant dans terminer et de l’achever d’un coup de griffe dans le cou. Personne ne peut entendre quelqu’un, d’ici… Je me redirige vers la salle, alors que j’entends des battements de cœurs, plusieurs personnes. Trois. La porte glisse sans un bruit grâce à ma force de garou, et je me retrouve face à un dos. Celui d’un chasseur, armé, qui ne semble pas m’avoir remarquée, bien plus occupé à préparer de l’électricité… Pourquoi ? Mon regard balaye la salle alors que j’aperçois bien deux loups-garous, dont l’un est Peter. Le Bêta me jette un regard effaré, alors que je m’approche lentement du chasseur, l’attrapant par derrière et l’envoyant valser contre un mur. Il a rien compris. Mais il est plus tenace que le gamin dehors. Je fais claquer mes crocs face à son visage et m’acharne sur son cou. J’ai eu mon compte de meurtre moi… Je me relève, et me dirige vers les deux torturés, détachant l’un grâce à des clés trouvées sur le corps de l’homme. «  Va retrouver Thomas, avant que tu te refasses chopper. » Je regarde le Bêta s’éloigner, en espérant qu’il ne sème pas plus la merde et que Thomas ne soit pas crever. Certains diraient que laisser accrocher son Alpha sans l’aider serait synonyme de trahison, je m’en fiche. Mes bras sont croisés sur ma poitrine, et mon regard fixe celui de Peter. J’attends des explications concrètes. Je l’ai trouvé grâce à son odeur et grâce à un statut bien précis, à un lien bien précis entre lui et moi… C’est celui qui me garde humaine, et j’ai reconnu son odeur car il est mon ancrage.
Code by Silver Lungs

_________________

I'm a wild coyote !


Lun 29 Juin - 13:40
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :





































Messages : 37
Alpha
Je veux des explications, toi aussi je pense
Louveteau & Louvette
Tout c'était passé à une vitesse incroyable. La meute s'était rassemblée afin de discuter de son organisation. Nous n'étions pas dans la salle d'entraînement, mais une autre connue de nous seuls. Nous cherchions des stratégies pour affaiblir les meutes qui voulaient s'en prendre à nous, ou encore faire le point sur ces dites-meutes pour savoir quels en étaient les membres et leur occupation. Tout ce passait bien, il n'y avait rien d'anormal. A part peut-être Lauren qui restait dans son coin. Mais ça, je ne l'ai pas réalisé sur le moment, trop occupé à planifier l'avenir du groupe.

Et puis, dans un fracas assourdissant, des Aurors sont arrivés. Des chasseurs de loups-garous, bien évidemment. Nous ne les avions ni vu, ni entendu et à la réflexion, je me demande comment ils savent que nous nous réunissions là bas ce soir là. Les dates de nos rencontres ne sont pas fixes et il était impossible pour eux de tomber sur nous par hasard. Sans compter qu'ils étaient parfaitement équipés pour nous tuer ou nous capturer. En y repensant, je pense que quelqu'un nous a balancé. De la meute ou non, je n'en ai aucune idée. Mes pensées sont trop embrouillées par la douleur.

Les balles en argent et les flèches dont les pointes étaient de la même matière fusaient de toutes parts. L'endroit était trop confiné pour pouvoir exploiter pleinement nos ressources de loups-garous, mais nous nous battions comme si notre vie en dépendait. En réalité, ce fut le cas. J'envoyais au loin les Aurors qui m'approchaient lorsque mes griffes ou mes crocs ne lacérés pas la chaire de leur cou. La rage coulait librement dans mes veines, et je me laissais aller à mes pulsions animales qui me dictaient de tuer nos ennemis. Une flèche dont la pointe en argent était imprégnée de tue-loup se ficha dans mon flanc. Mes épaules se soulevaient déjà rapidement à cause de tous les coups donnés et reçus, et cette flèche les fit tressaillir. Je poussais un grognement à mi chemin entre douleur et colère noire. Sans hésiter, je pris à pleine main le morceau de bois dépassant de ma chaire, et le tirant vivement hors de celle ci. Le sang coula, et je passais une main sur ma blessure pour me rendre compte de son étendue. La plaie était béante, et ce poison qui affaiblissait les loups-garous coulait déjà dans mes veines. Je levais le regard à la recherche de celui m'ayant tiré comme un vulgaire lapin. Je ne saurais dire qui des Aurors ou de la meute avait le dessus. Tout le monde se battait pour défendre sa vie, et les coups fusaient en tous sens.

Mon regard s'était arrêté. Lauren était en proie avec un Auror. Elle se défendait convenablement, mais je pouvais la voir faibli à chaque coup porté. Le tue-loup s'était infiltré dans ses veines, et si personnes ne l'aidait, elle serait capturée, ou pire ; tuée. C'est sans réfléchir que je m'interposais entre l'Auror qui osait s'en prendre à Lauren et elle même. Je le frappais sans retenu, mais mes forces s'amenuisaient à chaque coup qu'il recevait. J'essayais d'agir intelligemment, mais dans un tel brouhaha, il était dur de calculer ses coups. Faiblissant à vue d’œil, j'accusais de plus en plus de coups, tentant malgré tout de tenir bon. Mais ce venin qui coulait dans mes veines aurait bientôt fini son travail. Des lumières passèrent devant mes yeux alors que je recevais un coup sur le crâne. Je me souviens avoir vu un autre Auror arriver pour seconder mon assaillant, avant qu'un voile noir ne tombe devant mes yeux.

Je me suis réveillé dans une large pièce, main liées au dessus de ma tête. J'étais pendu là comme on pend un porc fraîchement abattu. Mon regard ayant glissé sur la salle vide ne remarqua qu'une porte juste en face de moi et une fenêtre barricadée de planches. Un mince filet de lumière transperçait par celle-ci, et j'imaginais donc que c'était la journée. Je ne savais pas combien de temps j'étais resté inconscient, et donc par conséquent quel jour nous étions. J'en arrivais même à me demander si dans ce silence de mort, on ne m'avait pas oublié là ou m'y avoir justement laissé pour que je crève comme un animal pris au piège. Après tout, je n'étais que cela. Un loup pendu dans cet endroit lugubre. C'est en essayant de me concentrer pour entendre les bruits alentours que je remarquais la migraine qui m'avait assaillie dès le réveil.

Un homme avait passé la porte, arme à feu glissée dans sa ceinture. Un sourire malsain pris place sur son visage lorsqu'il remarqua mes yeux ouverts, et mon air hagard. Je ne savais pas ce que je faisais là, ce que ces gens attendaient de moi, et mes pensées en vrac n'arrivaient plus à se souvenir exactement de ce qu'il s'était passé. J'avais juste entendu cet homme marmonner qu'ils allaient enfin pouvoir passer aux choses sérieuses. Il sortit de la salle, me laissant seul encore une fois. Mon mal de crâne s'estompa et je pu remettre dans l'ordre tous les événements de la soirée. Je me mis à espérer que Lauren s'en était sortie. Deux Aurors revinrent, et sur le coup je n'avais pas reconnu qu'un des deux était celui-là même qui m'avait capturé (ou du moins je le pense).

Ils essayèrent de me faire parler, en discutant et menaçant dans un premier temps. Ils voulaient que je leur livre des informations sur les meutes de la forêt interdite, combien elles étaient, s'il y avait beaucoup de membres, et par dessus tout où pouvaient ils les trouver. Mais je me refusais de leur répondre, leur crachant plutôt des insultes au visage. Je ne comptais pas leur donner ces informations, je ne voulais pas qu'ils puissent tous nous tuer ou nous enfermer à Askaban. Je ne suis pas de ceux assez faibles pour avoir peur d'un Auror, même les mains liées et enfermé je ne sais où.

Et puis ils étaient revenus. Équipés cette fois. Je ne sais pas si le ministère de la magie est au courant des méthode de leurs Aurors, mais s'il le sait, je comprends bien qu'il ne veut pas que la population soit au courant. Et s'il l'ignore... J'aimerais voir la tête de notre ministre de la magie s'il apprenait que leurs Aurors utilisent la torture. Car c'est ce qu'ils ont fait, jour après jour. Me tailladant d'abord d'un couteau, mais mes plaies se soignaient relativement rapidement grâce à ma lycanthropie. Puis en me brisant des os, un à un. Je me refusais de crier, ne voulant pas leur laisser cette victoire. Pourtant la douleur que je ressentais m'y poussait largement. Puis, voyant que je ne crachais toujours pas le morceau, ils sont passé à la vitesse supérieure. Mes os étaient laissés tranquilles, mais s'était désormais de l'argent qui courait sur ma peau. De larges chaînes de ce métal étaient posées sur mes épaules, brûlant mon épiderme dans un de mes grognements. Mais je ne disais toujours rien. Et je ne dirai jamais rien. Voyant que mon mental était plus dur que mon physique, ils ramenèrent un autre loup-garou qu'ils torturèrent sous mes yeux. J'étais en rage de ne pas pouvoir arrêter ça, ou plutôt si, je le pouvais, si je lâchais des informations. Mais manque de bol pour eux, leur seconde victime n'était qu'un Bêta parmi tant d'autres. Un ami serte, mais sa vie n'était pas assez précieuse pour être épargnée contre des centaines d'autres. Les deux Aurors commençaient à s'énerver, et l'un d'eux se laissa aller en jurons. Et il parla plus vite qu'il ne l'aurait voulu, d'ailleurs son camarade le lui fit remarquer. Je me souviens encore de ses mots exacts « Pourquoi on a pas eu la salope qu'il protégeait, hein ?! » et à ceux-ci, je fus soulagé. Lauren n'était pas entre leurs griffes. Ce qui signifiait qu'elle était en sécurité à Poudlard. Ces deux imbéciles venaient de me redonner un peu de force et une bonne dose de courage pour affronter leurs futurs tortures.

Je ne sais plus si l'on est le jour, la nuit, si des semaines se sont écoulées ou alors seulement quelques heures. Je jette un coup d’œil vers la fenêtre barricadée, et ne remarque aucune trace de lumière. C'est sûrement la nuit dehors. Mais pas ici. Parce que dans cette pièce, il n'est jamais l'heure de dormir. Les Aurors veulent nous avoir à l'usure (enfin moi surtout), et à chaque fois que je m'assoupis, l'un d'eux vient me réveiller en me titillant pour des réponses contre quelques heures de sommeil. Marché que je n'accepte évidemment pas. Plutôt mourir que de leur révéler quoi que ce soit. Et je pense que ça ne va pas tarder. Je suis faible et par moments mes muscles ne me répondent plus. Il m'est déjà arrivé à de nombreuses reprises de tomber dans les pommes. Je soupçonne ces crétins de m'avoir fait boire de l'eau contenant du tue-loup. A faible dose, juste pour que je reste en vie mais soit incapable d'une quelconque riposte.

Un moment de calme s'offre à nous. Les deux Aurors repartent après avoir continués leur travail, en laissant un autre entrer pour nous surveiller. Je m'autorise à fermer mes paupières un instant, essayant de retrouver un peu de force pour la suite des événements. Je les rouvre un peu plus tard, entendant l'Auror faire du bruit. Le voilà entrain de rebrancher le générateur d'électricité, et y assemblant divers éléments dont je ne connaissais même pas l'existence. Ce que c'est que ça ? Leur nouveau jouet moldu. Ils nous posent deux électrodes sur les tempes et allument le courant à faible amplitude. Autant dire que la décharge n'est pas celle d'une pile quand on met notre langue dessus. Je crois bien que de tous les éléments qu'ils utilisent pour arriver à leur fin, c'est bien celui là que je redoute le plus. Il ne peut pas nous tuer, et c'est bien cela qui est problématique. Car si mes nerfs lâchent et que mon cerveau veut tout dire, je préférais succomber à mes blessures. Mais ce truc là justement ne donne pas de blessures. Pas de plaies à panser, d'écorchure à nettoyée. Juste du courant qui va finir par nous faire griller le cerveau.

La porte bouge. Je le remarque car elle est juste en face de moi. Je relève le regard, m'attendant à y voir apparaître deux mangemorts que je ne connais que trop bien. Mais ma surprise est grande lorsque je vois apparaître Lauren dans l'embrasure de la porte. Elle liquide l'Auror avant même qu'il ait pu se rendre compte de sa présence. Enfin quelqu'un vient nous tirer de ce trou à rat. J'avais perdu l'espoir que quelqu'un nous retrouve. J'en venais même à me demander si la meute ne nous avait pas tout simplement abandonnés. Alors, voir quelqu'un arriver pour nous sauver sonne comme une délivrance inattendue. Et revoir Lauren me donne du baume au cœur. Elle est en un seul morceau, et semble en forme, ce qui me rassure. Ce qui me rassure moins en revanche, c'est de savoir qu'elle est ici, un endroit qui grouille d'Aurors. Elle a prit des risques pour venir, et il n'est pas dit qu'elle reparte. Mais je ne veux pas penser à cette éventualité. Elle ressortira ici vivante, j'en ai bien l'intention. Sinon, je m'en voudrais jusqu'à la fin de mes jours -si je ne perds pas la vie ici, ce qui n'est pas dit. Je la regarde délivrer le Bêta à côté de moi, et m'attends évidemment à ce qu'elle vienne me détacher. Mais elle ne le fait pas. Mieux, elle me regarde, bras croisés, attendant je ne sais quoi. Je ne comprends pas ce qu'il se passe, pourquoi ne me détache t-elle pas ? Je jette un regard à la porte, mais n'y vois personne. Heureusement les Aurors n'ont pas encore fini leur ronde. S'ils reviennent alors que nous sommes comme ça, je ne donne pas cher de notre peau. Pas plus de valeur qu'à ce chasseur au visage lacéré dont le corps sans vie gît un peu plus loin.

« Détache-moi. Ils vont revenir. »

Mon ton neutre et ma voix transparente, presque faible, me surprennent. Je me savais à bout physiquement, mais je ne pensais pas que mon esprit suivait le même chemin. Car ma voix est belle et bien représentative de mon moral. Si j'avais eu plus de force, elle n'aurait pas était aussi pâle. Je veux juste sortir de son merdier vivant, et Lauren aussi. J'ai besoin de prendre l'air, de voir le ciel et d'enfin pouvoir me reposer. Parce que depuis que je suis ici, j'ai eu l'impression que je ne reverrais jamais les étoiles ni le soleil. Ni Lauren d'ailleurs. Qui maintient sa position, son regard fixé dans le mien. Et je garde le mien planté dans ses yeux, de peur que si je ne ferme ne serait-ce qu'une seconde mes paupière, je ne retombe dans les vapes une fois de plus. Et je ne peux pas, pas maintenant. Parce que je ne sais pas dans combien de temps je me réveillerais, et les Aurors auraient tout le loisir de nous tuer de la manière qu'ils le voudraient s'ils revenaient. Et je ne compte pas leur laisser ce plaisir.
Code by Silver Lungs
Jeu 2 Juil - 21:51
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :





















Messages : 63
Gryffondor
Je veux des explications, toi aussi je pense
Louveteau & Louvette
J’ai passé mon temps à penser à cette soirée, pendant les cours à Poudlard, pendant que je les séchais, pendant que je mangeais, même, je ne dormais pas. J’étais à la salle d’entrainement avec quelques personnes qui pensaient avant tout à la meute, on n’était pas beaucoup, mais on réfléchissait là où pouvait être les enlevés. Parce que nous sommes uniquement des Bêtas, et on ne peut pas reconnaître une odeur quand elle vient, juste suivre une odeur. Nous étions tous plantés devant une carte, à chercher des endroits où l’on pourrait tuer ou torturer, dans tous les cas enlever des loups-garou, un Alpha parmi eux, qui plus est. Alors moi j’avais proposé cet endroit abandonné, et personne ne voulait me suivre. Absolument personne. J’ai même du menacer Thomas pour qu’il m’accompagne, sinon j’y serai allée toute seule hein. Thomas, j’ai déjà failli le tuer une fois, on m’en a retenu. Alors il sait très bien que je pourrais le refaire et le terminer cette fois. Donc il m’a suivie. Un peu de chantage, ça ne fait pas de mal ? Surtout quand on a raison.

Dès le premier pas dans cet endroit abandonné, j’ai su qu’il y avait quelque chose. Déjà, je sentais des gens. Il n’était pas censé être abandonné, cet endroit ? Alors quand j’ai vu un Auror armé, que j’ai identifié en tant que tel parce qu’il faisait partie du groupe qui nous a attaqué et en partie tué. Alors on a fait un petit carnage avec Thomas, vous voyez ? Nan ? Bah en fait, tous les Aurors qu’on a croisés, ils ont terminé sur le sol, en sang, agonisant pour l’odeur de la souffrance qui réveille mes papilles, ou morts. Mais c’est plus drôle quand ils souffrent avant de mourir, c’est comme les plats préférés des gens, ça fait le même effet, ça fait baver. Moi c’est le sang et la viande crue, comme les loups-garous, mais surtout la souffrance. L’odeur de la souffrance mélangée à celle du sang… Ça me fait perdre tous mes moyens.

Et j’ai reconnu l’odeur de Peter. Comme je l’ai dit plutôt, ça, personne ne peut le faire sauf les Alphas. Mais il y a une exception que peu connaissent, seulement les Alphas et les Bêtas qui ont de « la carrière », je suppose. C’est l’ancrage. L’ancrage, c’est ce qui nous aide à nous contrôler, des pensées, une personne ou une émotion. L’ancrage ça nous permet de rester humain et de ne pas nous transformer ou laisser notre côté animal ressortir à tous bout de champ. Mon ancrage à moi, avant, c’était la souffrance. Je me plantais les griffes dans la peau, des trucs comme ça, pour reprendre le dessus. Et maintenant j’ai une pensée beaucoup moins barbare mais que personne ne sait, enfin plutôt… Je veux que personne ne le sache, c’est de penser à quelqu’un. En l’occurrence… Peter. Vous n’avez rien vu, rien entendu, d’accord ? Et quand on a un ancrage « humain », on reconnait l’odeur de cette personne, uniquement de cette personne, comme les Alphas, vous voyez ?

Quand je suis entrée dans la pièce, je n’ai même pas levé la tête pour vérifier si Peter était là, je le savais. Je me suis juste occupée de liquider le dernier Auror ici, lui écrasant la tête contre le mur, l’envoyer valser et l’égorger avant même qu’il ne puisse riposter ou savoir que j’étais là. C’est juste là que je lui ai pris ses clefs, sans même hésiter. Il était déjà crevé, donc bon. Je relève enfin le regard vers les deux prisonniers, je suppose qu’il y en a d’autres de la meute dans d’autres salles. Dire que j’aurai été là, si cet idiot ne m’avait pas protégée. J’aurai de loin préférer être enfermée ici, torturée, plutôt que ce soit lui. Il a une meute sur le dos, ce con ! Moi je n’ai même pas vraiment de meute alors. Je détache le Bêta, lui disant d’aller rejoindre Thomas pour éviter de se faire chopper. Un coup de bluff, bien sûr, tout le monde est mort là-haut et je n’ai même pas eu le temps d’enlever le sang qui poisse sur ma peau un peu partout. Je me place alors devant l’Alpha, le fixant dans ses yeux clairs, sans le détacher. Des explications. C’est ce que je veux, et ce que j’aurai.

« Détache-moi. Ils vont revenir. »

Un éclat de rire retentit dans la salle souterraine. Oui, je viens de rire au nez de « mon Alpha ». J’ai même pas pu me retenir, désolée. Après coup, je viens de me rendre compte que sa voix est… Très étrange. Je fronce les sourcils, plus par réflexe qu’autre chose. Sa voix est faible. Fatiguée. Sans aucune émotion. Venant de lui, ça m’étonne bien. Je passe ma main sur mon visage, enlevant le sang des Aurors en train de poisser sur mon visage.

« J’en doute fort. »

Ouais, ils sont tous crevés que ça soit dans les souterrains ou en haut. Y’a plus un Auror dans les parages et je doute fort aussi qu’il y en ai un qui ai réussi à appeler le reste. Je baisse les yeux sur son torse nu, avant de remonter mon regard sur son visage, le détaillant. Le voir comme ça me donne des idées pas très catholiques, vous voyez ? C’est pourquoi je remonte mes yeux sur son visage et le détaille comme si c’était la première fois que je le voyais. Bah quoi, ça fait plusieurs jours que je l’ai pas vu, même si je lui parle plus vraiment. Ça ne me plait pas quand il drague d’autres filles de la meute, bien sous mon nez. Et vous voyez, j’aimerai même que ces filles-là soient crevées dans les autres salles de cet endroit, pour celle qui on été enlevées. Première flèche elles se sont effondrées, juste pour dire… Je me suis pris des balles et des pointes de flèches, j’ai quand même essayé de me défendre.

« Pourquoi tu m’as protégée ? Je pouvais très bien me défendre toute seule. »

Et j’aurai préféré que ça soit moi à ta place, tu vois ? Parce que je ne suis pas importante, destinée à crever, et que toi t’es un Alpha et que t’as une meute sur le dos, espèce de con. Je reste de marbre, aucune émotion passant sur mon visage. Vu l’état dans lequel il est, il va pas me répondre bien longtemps si vous voulez mon avis. Je m’approche de lui, et lui décroche une main qui était accrochée par de l’argent, une seule main. Je passe une main sous la sienne et pose mon autre main sur le dos de celle de Peter. Mes veines apparaissent, traversées quelque chose de noir. Je lui prends sa douleur, ça ne se voit pas ? Et c’est… Très difficile. Il souffre bien trop. Je laisse mes crocs apparaitre, mes yeux prendre leur couleur bleue et je grogne, au fur et à mesure que sa souffrance passe dans mes veines. C’est un pouvoir de loup-garou ça, et vu que je suis une coyote, je peux en prendre plus qu’un simple bêta. Vous savez, si un Alpha veut sauver quelqu’un très proche de la mort, il le peut, avec ce pouvoir… Mais il perd son rang. Il se retrouve Oméga. Et un autre loup-garou devient Alpha, un ancien Bêta. Tous le monde peut devenir Alpha, tous les alphas peuvent redevenir Oméga et tous les omégas peuvent devenir Bêta. C’est un cycle infini. Je lâche sa main, et recule, quelque peu fatiguée par toute la douleur prise. Mais lui, il est largement soulagé et plus en forme.

« Je t’ai jamais demandé de me protéger, je me serai retrouvée ici, sans regrets. Dois-je te rappeler ton rang et le fait que tu as une meute ? »

Code by Silver Lungs

_________________

I'm a wild coyote !


Ven 3 Juil - 17:16
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :





































Messages : 37
Alpha
Je veux des explications, toi aussi je pense
Louveteau & Louvette
Je suis fatigué, autant physiquement que mentalement, mais la venue de Lauren a au moins le mérite de me mettre du baume au cœur. Je suis heureux de la revoir vivante mais je suis moins rassuré que ça soit ici. J'aurais préféré la revoir dans un endroit plus sur. Elle a déjà eu la chance d'arriver là en un morceau, je ne veux pas que d'autres Aurors lui tombent dessus. Je lui fais part de mes craintes de ma voix éteinte. Un éclat de rire sort de sa gorge, et je n'ai pas la force d'y protester. Puis ses sourcils se froncent, comme si elle se rendait seulement compte de la situation dans laquelle elle s'est fourrée.

« J’en doute fort. »


Je hausse un sourcil, pas sur d'avoir bien compris. Elle parle des Aurors n'est ce pas ? Je pense avoir saisit qu'il n'en reste plus aucun dans ce bâtiment. J'espère que c'est vrai, auquel cas j'en suis bien soulagé. Nous sommes en sécurité (du moins à peu près) et c'est ce qui est le plus important.

« Pourquoi tu m’as protégée ? Je pouvais très bien me défendre toute seule. »


Ça, j'en doute. Ces Aurors étaient sans pitié et avec le venin qui coulait dans ses veines, je n'aurais pas donné cher de sa peau. Je ne sais même pas s'ils se sont rendu compte qu'elle a les yeux bleus alors qu'elle fait partie de la meute. Je suis persuadé que non. Sinon ils auraient été bien trop intrigués pour la délaisser.

« Non tu ne le pouvais pas. L'Auror aurait fini par avoir ta peau. »

Je me rends compte que mon corps est vraiment au bout du rouleau. La douleur m’irradie de partout que je ne sais même plus d'où elle vient. J'y suis habitué et n'y prête plus attention. Sauf quand ma mâchoire s'agite au rythme de mes paroles, me tiraillant des muscles. Je regarde Lauren s'avancer vers moi et j'ai l'espoir qu'elle me délivre enfin. Elle le fait... Partiellement. Une de mes mains tombe lourdement le long de mon corps, sans que je puisse la retenir. J'ai l'impression que mes muscles ne me répondent plus et ça m'énerve au plus haut point. Je sens les doigts de Lauren sur ma peau, ses mains tenant la mienne. Je comprends ce qu'elle veut faire mais n'ai pas la force de l'en empêcher. Elle aspire ma douleur (un truc de loup-garou c'est bien pratique) et je sens des forces me revenir. La douleur qu'elle a absorbé se dissipera dans quelques minutes fort heureusement. Je n'ai fait appel à ce pouvoir qu'une seule fois dans ma vie, lorsque je n'étais encore qu'un Bêta. Et puis, je suis devenu Alpha et ne l'ai plus utilisé depuis, ne voulant pas perdre mon rang. J'aurais aimé garder le contact de nos peaux, mais Lauren retire ses mains de la mienne. Je bouge mes doigts en les observant, bien heureux de les voir bouger sans soucis. Je me sens bien mieux d'un coup, et c'est grâce à la jeune fille en face de moi. Je n'essaye même pas de défaire mon autre poignet, je n'ai pas envie de me brûler une énième fois les doigts sur ce métal. Je replonge mon regard dans celui de Lauren. J'imagine bien qu'elle a d'autres questions ou remarques à mon encontre avant de daigner me libérer.

« Je t’ai jamais demandé de me protéger, je me serai retrouvée ici, sans regrets. Dois-je te rappeler ton rang et le fait que tu as une meute ? »

Je sais bien que j'ai une meute, merci. Mais sur le moment j'ai préféré me jeter entre elle et l'Auror pour l'aider au risque de me faire capturer, plutôt que de me battre dans mon coin et de les voir l'emmener ou la tuer. Parfois notre instinct notre premier réflexe nous dicte d'aider une seule personne au dépend de plusieurs autres. Et cette personne n'est jamais quelqu'un choisit au hasard, elle a toujours un lien particulier pour nous.

« Si c'était à refaire, je referais exactement la même chose. Tu comptes pour moi, plus que la meute. »

Et c'est vrai. Ce ne sont pas des paroles en l'air, des trucs que l'on dit juste pour avoir la paix. De toute façon, si ce n'était pas vrai, je ne l'aurais pas aidé. Heureusement qu'elle est particulière pour moi, car si ç'avait été un Bêta autre qui m'avait laissé attaché, il s'en serait déjà pris plein la tronche. Et je ne donnerais pas cher de sa peau une fois que j'aurais été libre. Mais c'est Lauren, et je suis bien incapable de lui faire le moindre mal.
Code by Silver Lungs
Ven 3 Juil - 18:11
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Libre :





















Messages : 63
Gryffondor
Je veux des explications, toi aussi je pense
Louveteau & Louvette
« Non tu ne le pouvais pas. L'Auror aurait fini par avoir ta peau. »

Je lève les yeux au ciel à sa remarque, puis mon regard revient sur son visage, les sourcils froncés. C’est vrai que j’étais complètement sous l’effet du tue loup et de l’argent, alors je ne vous dis pas la flèche ou la balle qui allie les deux. A chaque fois que je faisais un mouvement, j’étais de plus en plus faible, comme paralysée, non pas par la douleur mais par l’argent ou la plante. Alors après qu’il se soit interposé, j’ai reculé, comme je le pouvais, avant de me faire attraper les épaules et emmenée plus loin par deux autres Bêtas, me débattant avec le peu de force qu’il me restait pour aller avec Peter. En vain. Je ne sais pas pourquoi j’ai voulu aller avec lui. L’aider, peut-être ? Sûrement. Mais je n’ai pas pu. Seuls deux mots glissent entre mes lèvres sans que je le contrôle.

« Et alors ? »

Et alors, qu’est-ce que ça aurait pu faire si l’Auror avait eu ma peau ? Et alors, il aurait pu avoir ma peau, ça aurait fait quoi ? Personnellement, je m’en contre-fiche totalement. J’ai rien à perdre ici, et rien à gagner, d’ailleurs. Je ne vois même pas pourquoi ça aurait été un problème si l’Auror avait eu ma peau. Je m’approche alors de lui, non pas pour le détacher, je veux toujours des réponses, mais justement pour qu’il puisse me répondre. Sa voix trahit son état, et ça fait quelques jours qu’il est là, et rien que voir l’électricité non loin de moi me remonte contre les pratiques de ces foutus Aurors inutiles. Si nous voulions vraiment détruire du danger, il faudrait les détruire eux, détruire l’humain. Non pas les garous, qui sont une preuve que la nature a le sens de l’humour… Je détache une de ses mains, et pose la mienne sur cette peau qui m’avait tellement manquée. J’aspire toute la souffrance, la douleur de Peter, avec quelques difficultés en effet, vu toute la douleur qu’il subissait. Sous le coup de toute cette souffrance, j’enlève ma main de la sienne, en reculant. Je pose ma main sur le générateur d’électricité, essayant de reprendre un souffle régulier en contenant toute cette souffrance. Elle partira bientôt, dans quelques minutes.

« Si c'était à refaire, je referais exactement la même chose. Tu comptes pour moi, plus que la meute. »

Je relève le regard vers Peter, les sourcils froncés. Pardon ? Je crois que j’ai mal entendu. Je compte plus pour lui que la meute ? Mon cœur se gonfle à ses paroles et je ne sais pas pourquoi. Je défronce mes sourcils, me remettant en face de lui. Je suis… touchée ? par ses paroles. Un Alpha qui vous dit que vous comptez plus pour lui que sa propre meute, c’est bien rare, et ça signifie bien des choses. Pourtant, je tique toujours sur le « tu comptes pour moi ». Je compte pour lui dans quel sens ? J’aimerai bien savoir !

« Tu ne pourras pas me protéger indéfiniment. »

J’ai la moitié de mes réponses à mes questions, et il a répondu sans trop rager ou m’engueuler donc ça va. Je me rapproche de lui, et détache son autre main. Je jette la clef plus loin et passe son bras sous son épaule pour la poser dans son dos et l’incite à passer son bras derrière ma nuque. Je lui ai enlevé sa douleur mais on est pas encore sortis de l’auberge, hein.

« J’ai d’autres questions mais faut qu’on dégage, là. »
Code by Silver Lungs

_________________

I'm a wild coyote !


Ven 3 Juil - 19:41
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: